Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

2006 10 4

La perfection (Khalil Gibran)

Classé sous Inspiration de Poetes Connus — ganeshabreizh @ 3:46

Tu me demandes, mon frère, quand l’ homme deviendra parfait.

Voici donc ma réponse.

L’ homme peut se diriger vers la perfection dès lors qu’ il se sent
confondu avec l’ espace dénué de toute limite et avec l’ océan
dépourvu de tout rivage, qu’ il est devenu ce feu qui ne cesse
de se ranimer, cette lumière à jamais étincelante, cet air quiet
ou cette tempête en furie, ces nuées chargées d’ éclairs,
de tonnerre et de pluie, ces rivières qui festoient ou larmoient,
ces arbres qui fleurissent ou se défeuillent, ces terres qui
s’ élèvent en monts ou s’ incurvent en vallons, ces champs
en semailles ou en sommeil.

Lorsque l’ homme éprouve tout cela, il est à mi-chemin.
Et s’ il désire atteindre le sommet de la perfection, il devra,
quand il ressent la plénitude de son être, s’ identifier à cet
enfant dépendant de sa mère, à ce père responsable de
sa famille, à ce jeune homme égaré entre ses aspirations
et ses soupirs, à ce vieillard qui lutte contre son passé et
son avenir, à ce dévot dans son ermitage, à ce criminel dans
sa geôle, à cet érudit entre ses livres et ses écrits, à cet
ignorant entre la cécité de ses nuits et l’ obscurité de ses jours,
à cette religieuse entre les fleurs de sa foi et les épines de
son austérité, à cette prostituée entre les crocs de sa faiblesse
et les griffes de ses nécessités, à ce pauvre entre son amertume
et sa soumission, à ce nanti entre ses ambitions et sa complaisance,
à ce poète entre la brume de ses crépuscules et la lueur de ses aurores.

Quand l’ homme parvient à expérimenter et à connaître tout cela, il atteint alors la perfection et devient une des ombres de Dieu.

*

Khalil GIBRAN dans Merveilles et Processions

traduit de l’ arabe par Jean-Pierre Dahdah

*

chez Albin Michel – Collection Spiritualités vivantes – N° 138

Collections dirigées par Jean Mouttapa et Marc de Smedt

*

KHALIL GIBRAN

 
     
:

Khalil Gibran enfant

 
1883 Naissance du poète et peintre libanais à Bcharré, village situé dans la « Vallée Sainte » avoisinant les forêts de grands cèdres. Il est baptisé dans la religion chrétienne maronite dont était issue sa mère. Il reçoit son enseignement primaire en arabe et en syriaque.
 
1895 Il émigre aux États-Unis en compagnie de sa mère, son frère et de ses deux soeurs pour s’établir à Boston et ouvrir une épicerie

1897 De retour au Liban, il s’installe à Beyrouth pour suivre les cours de la fameuse école de la Sagesse al-Hikmat où l’histoire des religions et le droit international lui sont enseignés. 
 
1901 Une série de voyages en Grèce, en Italie et en Espagne le conduisent à Paris où pendant deux années il étudie la peinture et achève son livre Les Esprits Rebelles : cette oeuvre protestataire, mal reçue par les autorités turques, est brûlé publiquement.
 
1903 Gibran est rappelé à Boston où décèdent sa mère, son frère et une de ses soeurs de la tuberculose. C’est dans un état de détresse et de détachement qu’il entame une version anglaise du Prophète, oeuvre dont il avait déjà esquissé les grandes lignes en arabe dès l’âge de quinze ans et qu’il travaillera jusqu’en 1923.
 
1904 Le quotidien new-yorkais Al-Muhajir, publié en langue arabe, diffuse ses poèmes, récits et essais; ils seront par la suite rassemblés dans le recueil Larmes et Sourires (1914).
 
1908 Un séjour de deux ans à Paris lui permet d’étudier à l’Académie des beaux arts et de rencontrer de nombreux artistes : Rodin, Debussy, Maeterlinck, Rostand
 
1910 Gibran se fixe définitivement à New York : sa renommée mondiale ne cessera de croître.
 
1916 « Mon peuple est mort« , cette citation résume son engagement pour son pays natal qu’il soutient dans sa lutte contre le joug ottoman et la famine.
 
1920 Gibran est à la tête de « Al-rabiat al-qalamiyyat », cercle littéraire réunissant l’élite du monde arabe émigré aux États-Unis. 
 
1923 Publication et succès immédiat de son oeuvre longuement mûrie et remaniée : Le Prophète. A son grand regret, sa santé détériorée ne lui permet pas un retour en orient
 
1931 Gibran meurt le 10 Avril dans un hôpital de New York. Son corps fut déposé à sa demande dans le monastère Mar Sarkis, non loin de Bcharré
 

 

Publications du vivant de Gibran
1918 The Madman
1919 Twenty Drawings
1920 The Forerunner
1923 The Prophet
1926 Sand and Foam
1928 Jesus, the Son of Man
1931 The Earth God
Publications posthumes
The Wanderer
The Garden of the Prophet
Prose Poems
The Broken Wings
A Self-Portrait
Thought and Meditations
Spiritual sayings
Lazarus and his Beloved

Khalil Gibran

Une Réponse à “La perfection (Khalil Gibran)”

  1. marie gabriel dit :

    le prophète , de cet auteur ne m’a pas laissée indifférente ,et m’a ouvert sur la personnalité de cet homme:Kalil Gibrand

Laisser un commentaire

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO