Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2006

2006 10 9

Ensuite

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 19:03


 

feuilles mortes (www.artblogue.canalblog).com*

Plane feuille d’amours

Etale tes couleurs

Sur mon tapis sourd

A l’appel des heures.

 

Plane et ferme toi,

Ne mords pas ton doigt,

On part où l’on revit

Sans une seule loi.

 

Plie toi de brise,

Entends ma bouche

Pleurer ta sève mise

A nu par un vent.

 

*

Cherchant

ganeshabreizh

Pouvoir

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 18:42
Vieillard - Savinien Petit*

Espace d’une ride,

Peux-tu suspendre, là,

Au dessus de son bras

Une minute vide ?

Je voudrais la placer

Au moment d’une mort

Sur la bouche retord

D’un crime imaginé.

C’est tout son pouvoir

Ethéré l’au-revoir!

*

Cherchant

ganeshabreizh

*


La haut

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 17:58

Aérobatics-www.grete-david.co.uk

*
Les avions dans le ciel

Ont gagné leur espoir.

En jalousie d’ étoiles

Par leurs ailes d’acier.

 

Plus de terre, ni de mer,

Rien qu’une tendre voûte

Où le pilote crée

Son paradis secret.

 

Décrochage avec l’homme !

Il devient cet oiseau

Qui monte et plane enfin

Esprit vagabondant.

 

Il discute aux planètes

Une arche au ciel des joies

Et leur griserie lutte

Avec les éléments.


*

Cherchant

ganeshabreizh

Plainte

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 17:29

Twilight of crépuscule - (Crépuscule du doute) - www.mailemarshall.com

*

Lorsque l’amour se fond

En cendre de douleur,

Il est un roi déchu

Qui se meurt en cellule.

‘ 

Le brasier meurtrier

N’est autre que le doute.

Suis-je alors la parcelle

Qui l’a alimenté ?

‘ 

Il ne me reste plus

Qu’à me reconquérir.

*

cherchant

ganeshabreizh

BOOST

Classé sous Non classé — ganeshabreizh @ 15:39

Booste le trafic de ton blog avec BoosterBlog.com !

http://boosterblog.com

Nourricier

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 0:00

Lever de soleil sur les Issambres

*

Soleil cultivateur 

Tu herses un champ de mer

Et les sillons miroirs

De ton soc en feux blancs

Tournent en gerbe de soir

La mer poinçonnée

De ton bras rougeoyant..

Nourricier

‘ 

Soleil vieux maestro

Tu mènes pour nous

Les chants des vents qui pleurent.

Par tes baguettes en flammes

Tu fais danser la mer

Sur un air de rayons

Que doit couler le ciel.

‘ 

Soleil collant la peau

Des couleurs sables fins,

Douce image d’amour,

Au jour que tu embrases

Tu meurs sans répit

Et renais au matin

Enchâssant les brouillards.

Eclaire notre nuit

De ton ardent baiser.

 

 

*

cherchant

ganeshabreizh

*

2006 10 8

Se découvrir

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 21:39

Un trou …

Peu importe la profondeur

Et la couleur qui s’y trouve.

Y être

Avec son corps

Son coeur.

Il est l’heure,

L’âme s’entrouvre.

Son trou…

Mise à nu du sentiment

Terrestre, humain

Tombée au crochet de la vie.

Il suffit au souffle enfant

D’oxygéner demain

Pour créer l’occis,

Le ferment.

Planter le regret,

Déraciner la vengeance,

Extirper l’amertume,

Vider la solitude,

Laisser aux autres le jugement humain,

Accepter de Dieu celui de son essence.

Renaître après s’être dépouillé.

*

Cherchant

ganeshabreizh

*

Trou dans la croûte minérale

Angelo Branduardi – La pulce d’aqua (la demoiselle) – 4’25 et paroles

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 21:30

 

Image de prévisualisation YouTube 

*

La Demoiselle
Angelo Branduardi 1979

 

 

C’est la demoiselle
Marchant sur le ruisseau
Qui t’a rendu bien malade.
Elle t’a pris ton ombre, ton rire, ta joie.
Et ne reviendra pas.

Dans le grand silence.
Des souvenirs perdus.
Tu trembles et tu t’agites.
Tu veux ton enfance, ton ombre, ta voix.
Elles ne reviendront pas.

C’est la demoiselle.
Marchant sur le ruisseau.
qui t’a rendu bien malade.
elle t’a pris ton ombre, ton rire, ta voix.

Mais qui te les rendra ?

E` la pulce d’acqua
che l’ombra ti rubò
e tu ora sei malato
e la mosca d’autunno
che hai schiacciato
non ti perdonerà.
Sull’acqua del ruscello
forse tu troppo ti sei chinato,
tu chiami la tua ombra,
ma lei non ritornerà.
E` la pulce d’acqua
che l’ombra ti rubò
e tu ora sei malato
e la serpe verde
che hai schiacciato
non ti perdonerà.
E allora devi a lungo cantare
per farti perdonare
e la pulce d’acqua che lo sa
l’ombra ti renderà.

 

Gouache

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 21:22

Visage en fond d'allée sous griffe silvestre, le rêve d'étouffement par touche 

 

 

Ma toile de sommeil 

Accrochée dans ses rêves. 

Mon pinceau sans peintre 

Pénétré de couleur. 

Ma main qui regarde le tout. 

J’en prends, j’en laisse, 

Je résiste à l’envie 

D’étouffement par touches. 

Touche en passion 

Que rougit un baiser 

Mais qui laisse mon coeur 

A la raison de l’autre 

  

Cherchant 

ganeshabreizh 

A nous

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 19:40
Main

*

Bruissement de feuilles sur landes échevelées,

Et ses oiseaux s’élancent elliptiques et cruels

Pour ensanglanter le blond ciel de nos vies.

Page tournée par l’onde, paresse éternelle,

Ton coeur a grandi et mes bras se resserrent,

Etreinte d’avenir que voudrait le couchant.

Va, ta douleur se tait dans l’âme mon ange,

Et sur ton front que dore enfin le vrai bonheur

Je peux murmurer ta victoire en aube de chaleur.

J’étreins ta main que la peur abandonne

Et les yeux dans les yeux nous sommes transformés

En femme, en homme, merci à notre confiance.

Cherchant

ganeshabreizh

12345...7

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO