Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2006

2006 10 4

T’en souviens-t-il de ce temps là (Francis Lalanne)

Classé sous Inspiration d'Auteurs — ganeshabreizh @ 3:42

T’ en souvient-il de ce temps là Francis Lalnne avec des enfants

Ce temps d’avant d’ être des hommes ?

Trois frères hauts comme trois pommes,

Nous découvrions tes mots, Art !

Et sous le signe de Mozart,

L’ amour seul nous donnait le la…

Le temps passait sans turbulence

Et, pour mieux exprimer le silence,

Pour mieux apprendre à le parler,

A l’ écouter, à l’ écouler,

Je faisais de tout un poème :

Tartines dans le café à la crème ;

Morceaux de pain et de chocolat ;

Et dans ce calme jamais plat

Tout mon petit monde était là :

Les chats, les chiens et les cochons d’ Inde,

Et “Juliette “, et “Rosalinde”,

Et les copains de chaque jour

Que l’ on s’ était fait à l’ école ;

Vieux meubles, sous les abats jours,

Bagarres pour une bricole,

Jean-Félix toujours quelque part

La guitare à l’ oeil comme au doigt ;

René entre deux cinémas,

S’ entraînant au septième art

Et filmant son copain Thomas

En super-huit comme il se doit…

Et puis les câlins de maman…

Et puis notre famille à table ;

Papa, ce héros de roman

Toujours immense et redoutable,

Son front large et mystérieux,

Qui nous menait, du bout des yeux,

Sur le chemin de la sagesse

En nous comblant avec largesse ;

T’ en souvient-il de ce temps-là,

Enfant qui dors au fond de moi ?

Je ne te vois plus sous mon toi ;

Je ne te vois plus dans la glace ;

Un autre, un grand , a pris ta place ;

Un adulte , un monstre, un mutant

Aux traits marqués par chaque instant .

Et lorsque je revois ta bouille,

Sur mes photos , je la gribouille

Pour ne plus avoir mal au vent

De ce temps qui me vient d’avant ;

Qui fait de l’homme un mort vivant…

Aujourd’ hui je fais le chanteur,

Félix est un grand concertiste,

Et René, réalisateur,

Tous les trois frères sur la piste ;

Et tout se poursuit quelque part…

C’ est pour ça que l’ on fait l’ artiste ;

Pour garder vivant ce poupard

Du temps de la case départ…

Un air, trois notes, LA LA LA,

T’ en souvient-il de ce temps là ?

*******************************************************************

Extrait de Les carnets de Lucifer par Francis Lalanne

Chez Les Belles Lettres

*******************************************************************

ISBN : 2-251-44021-6 Article 2005

Francis Lalanne –  » être juif  » – Interview sur Torah.tv – 5’55

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 3:41

Image de prévisualisation YouTube

Francis Lalanne – La maison du bonheur – 5’19

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 3:40

 

http://www.dailymotion.com/video/6NiPpglfT49xT4dl7

 

*

Francis Lalanne


LA MAISON DU BONHEUR


Paroles et musique: Francis Lalanne


Un jardin, quatre murs
Un soleil, dore comme un citron mur
Ta chaleur blottie contre ma chaleur
Et ton coeur, tout contre mon coeur

Tes yeux doux, tes seins lourds
Mes mains, nous couches contre tes velours
Nos prénoms graves au feutre en couleur
Sur ton coeur, sur mon coeur

Ce serait la maison du bonheur
Même à fort loyer je suis preneur
Il n’y aurait que toi contre moi
Et l’amour contre notre amour

Plus d’autos, plus de cinés
Rien qu’un rêve au-dessus du bout de ton nez
Tes grains de beauté mon grain de folie
Et ta vie tout contre ma vie

Rien qu’un toit pour nous deux
Rien qu’une chambre avec vue sur tes yeux
Chien qui dort et qui veille au bas du lit
Sur ta vie, sur ma vie

Ce serait la maison du bonheur
Même à fort loyer je suis preneur
Il n’y aurait que toi contre moi
Et l’amour contre notre amour

Un jardin sur l’amer
Un chagrin jette comme un fruit amer
Ta chaleur serrée contre ma chaleur
Et ton coeur, contre mon coeur

Ce serait la maison du bonheur
Même a fort loyer je suis preneur
Il n’y aurait que toi contre moi

Et l’amour contre notre amour

Ce serait la maison du bonheur
Même à fort loyer je suis preneur
Il n’y aurait que toi contre moi
Et l’amour contre notre amour

Celine Dion et Josh Groban – The prayer – 4’49

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 3:08

http://www.dailymotion.com/video/x1363x

*

The prayer

I pray youll be our eyes, and watch us where we go.
And help us to be wise in times when we dont know
Let this be our prayer, when we lose our way
Lead us to the place, guide us with your grace
To a place where well be safe la luce che tu hai
I pray well find your light
Nel cuore rest
And hold it in our hearts.
A ricordarci che
When stars go out each night,
Eterna stella sei

The light you have
I pray well find your light
Will be in the heart
And hold it in our hearts.
To remember us that
When stars go out each night,
You are eternal star nella mia preghiera
Let this be our prayer
Quanta fede
When shadows fill our day
How much faith theres
Let this be our prayer
In my prayer
When shadows fill our day lead us to a place, guide us with your grace
Give us faith so well be safe sognamo un mondo senza pi violenza
Un mondo di giustizia e di speranza
Ognuno dia la mano al suo vicino
Simbolo di pace, di fratern
We dream a world without violence
A world of justice and faith.
Everyone gives the hand to his neighbours
Symbol of peace, of fraternity la forza che ci
We ask that life be kind
il desiderio che
And watch us from above
Ognuno trovi amor
We hope each soul will find
Intorno e dentro
Another soul to love
The force his gives us
We ask that life be kind
Is wish that
And watch us from above
Everyone finds love
We hope each soul will find
Around and inside
Another soul to love let this be our prayer
Let this be our prayer, just like every child need to find a place, guide us with your grace
Give us faith so well be safe
Need to find a place, guide us with your grace
Give us faith so well be safe la fede che
Hai acceso in noi,
Sento che ci salv
Its the faith
You light in us
I feel it will save us

Mes enfants très chéris

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 3:07

Je donne à votre vie ces quelques vers d’amour,
Afin d’illuminer votre être au jour le jour.
Peu importe à l’esprit l’heure où le soleil chût
Si en ce samedi vos mots sont parvenus
Et permirent au coeur de desserrer l’étreinte
Où l’ont plongé l’attente et le doute, sans feinte.

Hermès était passé : Quelques lettres gisaient,
Blanches et timbrés, dans la boîte à souhait.
De la main je les pris et, plus ou moins distrait
Par les chiennes en furie, les couvaient,il est vrai,
D’un regard attendri, et pensait un instant
Aux enfants qui manquaient à l’appel du levant.

Le graphisme attendu brillait par son absence.
Un jour de plus passait au creux de l’espérance,
Lorsqu’à la mie-journée une main féminine
A découvert au sol, comme une blanche hermine,
Celle qui échappa à mon oeil de fouine,
Mettant un point final aux affres qui me minent.

L’encre bleue de vos yeux, coulée sur le papier,
Imprègne de son feu votre joie d’écolier.
Travailleur et joueur, poète à tes heures,
Aîné en garçon mûr tu t’exerces en chercheur.
Appliqué, éveillé, yogi et footballeur,
Benjamin, petit d’homme, tu avances sans heurt.

Le père que je suis belle-maman aussi,
Apprécions sans réserve tous les efforts fournis.
Quand de votre présent vous faîtes notre nid
Dans votre quotidien nous créons le souci.
Il vous faut pardonner aux parents que nous sommes
L’intransigeance mise à vous apprendre l’homme.

C’est d’éducation que je veux vous parlez
Et faire référence au Rabelais caché.
J’apporte si après une explication
Aux questions posées par cette citation :
« Les hommes sont mortels seulement dans leur corps
Les enfants par l’esprit leur survivent alors. »

L’adulte en mission a reçu de la vie
Celle inexorable d’éduquer les petits,
La flamme est allumée, protège sa vaillance.
Il donne son savoir, développe sa conscience,
Avec attention il sert de référence
Transformant enfance au-delà d’adolescence.

La connaissance entraîne évolution en l’âme
« Science sans conscience est bien ruine de flamme. »
Construire avec moral amène à fortifier.
Donnant la confiance, permettant d’oublier
Qu’au moteur de la foi le feu est nourricier.

Dans le geste qui sauve sans superstition,
Le plus clair, le plus beau, digne de création,
Est le signe de croix, loi de compensation,
Dans notre univers ultime symbolisation.
Parce qu’au nom du Père en se touchant le front
Ala force cosmique notre hymne nous jouons.
Parce qu’au nom du fils échoit notre plexus
La force tellurique offre l’antivirus.
Au nom du Saint-Esprit touchant l’épaule gauche,
Appelle à l’équilibre où deux forces s’ ébauchent.
Amen est sur la droite en concrétisation,
Résultats compensés, puissance en mission,
En V de vérité, en V de volonté
Symbole de naissance en une énergie clé.

Nantis de ces préceptes empreints de la sagesse,
Il vous faut maintenant en saisir la justesse,
Regarder dans la glace. Un être vous sourit.
Servez de résonance où la vigueur jaillit.
La personnalité à laquelle nous croyons ?
Il faut la magnifier en cherchant son action.

*

ésotcelt

ganeshabreizh

*

Azur et Azmar (Chanson du dessin animé par Souad Massi) – (Dessin animé de Michel Ocelot) 4’33

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 3:06

Image de prévisualisation YouTube

*

Sabi sarir
Yassir kabir
Yakta oulwedienne yetfenira
Ouahoua you khaless houriat eljence
Mahanya Ichen bihanen
Bihanen.

Petit enfant
Deviendra grand
Il franchira les océans
Il sauvera la fée des djinns
Et tous les deux seront heureux
Seront heureux.

Fatalité

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 3:04

Night_Street(Kevin_graham@golder.com)2.jpgUne rue…
Sur le trottoir de gauche
Marche la mort
En habit d’apparat, noire.

Une rue…
Sur le trottoir de droite
Marche l’amour
En habit de voyage humide de pleurs.

Une rue…
Au milieu, au bout de laquelle
Marche une jeune fille en deuil,
Ses sabots sont usés d’avoir marché.

Une rue…
Au milieu, au bout de laquelle
Marche un jeune homme revêtu de pensées,
Ses sabots sont usés de meurtre.

Une rue…
La mort…
L’amour…

Une rue…
Une jeune fille en deuil
Pleurant.

Une rue…
Un jeune homme de meurtres
Pensant.

Une rue…
La mort s’arrête et regarde l’amour,
L’amour s’arrête et regarde la mort.

Une rue…
Le jeune homme bondit sur la jeune fille
La jeune fille sur le jeune homme.

Une rue…
C’est toi qui l’a tué
C’est toi que j’aime et que je tue.

Une rue…
L’amour ramasse la jeune fille,
La mort ramasse le jeune homme.

Une rue…
Sur le trottoir de gauche
Marche la mort
En habit d’apparat, noire.

Une rue…
Sur le trottoir de droite
Marche l’amour
En habit de voyage, humide de pleurs.

Une rue …
Vide…

ganeshabreizh Night_Street(Kevin_graham@golder.com)2.jpg (Street Night – kevin_graham@golder.com)

Fraternité

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 2:53

Il me souvient au gré des matins qui se lèvent

Certains jours attendus, emplis de notes brèves,

Plus riche de regards que de mots soupirés,

Sertis d’une caresse en nos corps achevés.

Notre amour s’est emmitouflé, si pur et graîne,

Au creux énergisant de nos âmes certaines.

La symbiose y est née, jumelle d’avenir,

Empreinte et rechargée d’une flamme à pétrir.

Ta fleur a échangé sa pensée d’anémone

Avec le ciel serein de mon coeur qui résonne.

D’où toute la rosée recevant une perle

Donna-t-elle son parfum de voile que je ferle?

Donner et recevoir est plus grande leçon.

Je délivre avec joie le pluriel d’abandon.

Être heureux, naître heureux et rendre l’autre heureux

Je souffle ces secrets aux vents des amoureux.

*

ésotcelt

ganeshabreizh

rosée

2006 10 3

Chanson de toile – Emilie Simon – 3’15

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 0:00

 

Chanson de toile
by Emilie Simon

 

 *

Je viendrai te prendre
Je saurai te défendre
Au-delà des frontières
Je foulerai la terre

Je tisserai des chants
Au soir et au levant
Un point pour chaque étoile
Chanson de toile

Je tisserai des chants
Au soir et au levant
Un point pour chaque étoile
Chanson de toile

Nul ne part en guerre
Pour revenir solitaire
Je saurai t’attendre
Chanson de toile

Je tisserai des chants
Au soir et au levant
Un point pour chaque étoile
Chanson de toile

Je tisserai des chants
Au soir et au levant
Un point pour chaque étoile
Chanson de toile

Si loin de ton ciel
Si loin de mon appel
Entends-tu mon coeur
Entends-tu ma ferveur

Je tisserai des chants
Au soir et au levant
Un point pour chaque étoile
Chanson de toile

Je viendrai te prendre
Je saurai te défendre
Au-delà des frontières
Je foulerai la terre

Je tisserai des chants
Au soir et au levant
Un point pour chaque étoile
Chanson de toile

1...34567

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO