Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 13 novembre 2006

2006 11 13

La magie du sanglot

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 23:39

Junky - www.henry.sandi.net

Près la vie d’Absurdie, loin de son univers,
Un drogué efflanqué s’évertue dans l’amer
A rechercher un coeur pour l’apaisement cher.
Ils court les bars de nuits, courtise au féminin,
Aucune n’envisage d’aspirer son venin.
L’amour est interdit à se triste pantin.

De rejet en rejets, montré du doigt, banni,
Cet exclu de la vie s’enfonce dans sa nuit.
Hashish, marijuana l’ont poussé à l’envie
D’lsd, cocaïne, opium, amphétamine.
Les nausées de l’alcool en font une machine,
Il a tout essayé de ce qui hallucine.

Son incompréhension en conscience morbide
Lui fait haïr la mort cette traîtresse avide.
Il ne veut pas gésir sous cette pluie d’acide.
Un sursaut se répand dans son cerveau putride.
Très loin de l’univers où se répand l’hybride,
Ce caméléon rêve à la fille apatride.

Être qui le comprenne et retienne sa chute
Dans un monde inouï où tout est abrupt
Où rien est tout blanc, où chavire l’inculte,
Jusqu’aux murs gris-acier où se tague l’insulte,
Et accepte en cadeau ses possessions brutes
Que sont le rien d’un corps et d’un esprit en rut.

Cette épave attentive à une vie réelle,
Pour un peu de chaleur aux creux exponentiels,
Veut revivre et penser tout en haut de l’échelle,
En mots de société, les valeurs éternelles
Qui d’un clochard en loque sur son banc de poubelle
Réalise un humble au goût de mirabelle.

Par une lame en brèche aiguisée par la peur
L’emprise de la drogue amène au déshonneur
Ce suicidaire humain dont la volonté meurt.
Ce soir tout va finir, tout va cesser malgré
Le fol espoir d’amour qui a illuminé
L’espace d’un instant son regard d’égaré.

Enfin la commissure de ses lèvres exsangue
Voit couler le sang noir, signe de vie qui tangue.
Belle comme le jour au soleil levant,
Une fille d’Aurore en agenouillement,
Telle Sally Trench à ses pieds se lovant…

Il perçoit Sainte Jeanne Hippy, tente yeux souris
Un dernier soupir pour partager l’Esprit.
Elle comprend qu’il est à la frontière d’une vie
Et dépose mouillé le baiser de la paix
Sur l’ultime respir’ avec pour seul effet
De l’avoir rassuré lors du bond vers l’après.

*Réunion alma cuerpo - Blake -(illustration de l'Enfer de Dante) 

Ils se seront aimés la seconde d’un siècle.
Il a eu cette paix, elle a eu la douleur
Et leurs coeurs se dissolvent dans la nuit éthérée
Alors qu’au tas de cendre a pris place l’aigle.
D’avoir vu mort son frère, l’Enfant apeuré pleure
Et gémit d’avoir vécu ces deux êtres achevés.

Sa larme de cristal, gouttelette vermeil
S’écoule sur la cendre, renaît alors.
Et lui de vient fontaine de nacre en sommeil
Et eux statue d’Amour à l’éternel accord.

*
ésotcelt

ganeshabreizh

*                                                          *

Triste fée perdue (par Akahastur) www.forum-image-in-air3d.com  *Idyle - Wsiudmak49

Rose enfance à l’écho de l’humain

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 18:18

Enfance - B.Blanc Fontenille - www.damienb.com

*

Une pluie de rose est tombée,
Pétales par le vent balancés.
Elle a fondu en souvenir.
Elle m’a rappelé ton sourire,
Douce maman qui tard le soir
Rayonnait là dans ma nuit noire.

Une fleur de rose a pleuré
Et larme de peur est tombée.
Elle a fondu en souvenir.
Elle m’a rappelé ton bon rire,
Gentil père qui le soir
Contait près de mon lit très tard.

Une rose de pluie est tombée,
Pétales déchirés par le vent,
Comme le fut mon coeur de huit ans,
Lorsque du printemps j’ai aimé,
Rose d’une joue satinée,
La perle d’eau que pleura mes yeux.

La perle de rose est tombée.
La rose du coeur a saigné
Lorsqu’elle partit. Epine
Elle est restée au tréfonds, las
De ma vie, de mes racines;
La perle est tombée là.

Rose, la plaie qui est restée.
Elle cicatrise avec toi
Mon ami le moins sot
De ceux qui restent en moi.

De nouveaux amours vinrent
Avec joie, peine, vie,
Ils sont eux aussi repartis
Comme ils peignirent.

*
ésotcelt

ganeshabreizh

*

Peach rose petals - www.saraheinrichs.smugsmug.com - 25718972-M

La source

Classé sous Poesie Juniors — ganeshabreizh @ 13:26

A deux pas d’un arbre
Sous la douce mousse
Naquit une source
Ayant un goût d’arbre.

Son eau était fraîche,
Bonne et claire
Entourée de terre
Et de pierres rêches.

Le fond était vaseux,
Des bulles remontaient
Du fond assez épais
Mais aussi caillouteux.

Ecoutez la source du silence!

*

ésotcelt

ganeshabreizh

*

Huelgoat

La nuit

Classé sous Poesie Juniors — ganeshabreizh @ 13:19

Le voile d’ombre
Immense et sombre
S’est abattu sur les collines,
Les plaines, les villes et les contrées.

Tout alors prend des formes bizarres
Un bosquet devient un chevalier tartare;
Les grands peupliers un temple antique

La meule de foin, une chaumière rustique.

La bruyante vallée!
N’est plus qu’un paysage silencieux
Dont l’existence est seulement troublée
Par un sourd torrent écumeux.

Tout dort dans les vieux villages.
Seuls quelques oiseaux de nuits au doux plumage
Errent entre monts et vallons endormis
A la recherche d’un beau gibier soumis.

La lune, en son dernier croissant,
Baigne tout d’une clarté diffuse,
L’étoile, en scintillant,
Danse au son d’une cornemuse.

*
ésotcelt

ganeshabreizh

*Nocturnal Shadows - www.grimstveit.no

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO