Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 14 février 2007

2007 02 14

Jean Jacques Goldman – Puisque tu pars (version live) – 8’15 »

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 18:30

http://www.dailymotion.com/video/x3dlji

*

Puisque l’ombre gagne
Puisqu’il n’est pas de montagne
Au-delà  des vents plus haute que les marches de l’oubli
Puisqu’il faut apprendre
A défaut de le comprendre
A rêver nos désirs et vivre des « Ainsi soit-il »

Et puisque tu penses
Comme une intime évidence
Que parfois même tout donner n’est pas forcément suffire
Puisque c’est ailleurs
Qu’ira mieux battre ton coeur
Et puisque nous t’aimons trop pour te retenir

Puisque tu pars…

Que les vents te mènent
Où d’autres âmes plus belles
Sauront t’aimer mieux que nous puisque l’on ne peut t’aimer plus
Que la vie t’apprenne
Mais que tu restes le même
Si tu te trahissais nous t’aurions tout à  fait perdu,

Garde cette chance
Que nous t’envions en silence
Cette force de penser que le plus beau reste à venir
Et loin de nos villes
Comme octobre l’est d’avril
Sache qu’ici reste de toi comme une empreinte indélébile…

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu’il est des douleurs qui ne pleurent qu’à  l’intérieur
Puisque ta maison
Aujourd’hui c’est l’horizon
Dans ton exil essaie d’apprendre à  revenir

Mais pas trop tard…

# Chorus :

Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars

Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars

# Double Choeur :

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

(Dans ton histoire)
(Dans ton histoire)
J’aurai pu fermer
(Garde en mémoire)
(Garde en mémoire)
Oublier toutes ces portes
(Notre au revoir)
(Notre au revoir)
Tout quitter sur un simple geste
(Puisque tu pars)
(Puisque tu pars)
Mais tu ne l’as pas fait

(Dans ton histoire)
(Dans ton histoire)
J’aurai pu donner
(Garde en mémoire)
(Garde en mémoire)
Tant d’amour et tant de force
(Notre au revoir)
(Notre au revoir)
Mais tout ce que je pouvais
(Puisque tu pars)
(Puisque tu pars)
Ça n’était pas encore assez

(Dans ton histoire)
Pas assez
(Dans ton histoire)
(Garde en mémoire)
Pas assez
(Garde en mémoire)
Pas assez
(Notre au revoir)
(Notre au revoir)
eeeeeh !
(Puisque tu pars)
(Puisque tu pars)
Pas assez

# Double Choeur :

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mééire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

 

Voyager ont-ils dit ! (Louis Ferdinand Celine, Alfred de Vigny)

Classé sous Pensees - Meditations - Citations — ganeshabreizh @ 18:22

Voyage intérieur océan

 

 

*

Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déceptions et fatigues. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force.

Il va de la vie à la mort. Hommes, bêtes, villes et choses, tout est imagé. C’est un roman, rien qu’une histoire fictive. Littré le dit qui ne se trope jamais.

Et puis d’abord tout le monde peut en faire autant. Il suffit de fermer les yeux.

C’est de l’autre côté de la vie.

 

Louis-Ferdinand Celine

1894-1961Louis-Ferdinand Céline

(Voyage au bout de la nuit-1932)

 

*

 

Voyager, dîtes vous ? Que signifie le voyage ?

Quand même je serais transporté tout à coup à l’île Hong-Kong ou à Grenade, qu’y ferais-je ? Un coup d’oeil m’en conserverait l’aspect. Puis, ce moment passé, je reprendrais mes rêves de philosophie, mes extases de poésie, mes songes métaphysiques.

Quelle terre serait assez nouvelle à ma pensée pour l’étonner ? Quel pays existe dont elle ne puisse faire d’avance la peinture ?

Quelle contrée attirerait mes regards au point de les détourner du ciel, et le ciel n’est-il pas prtout ?

Assieds-toi donc, lève la tête au ciel, regarde et pense.

 

Alfred de Vigny

1797-1863Alfred de Vigny

(journal d’un poète-Louis de Ratisbonne)

 

*

Nolwenn Leroy – Le dernier mot – 2’53

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 17:35

 

<http://www.dailymotion.com/video/7jLA531e23RGj3CXL

*

 

Je l’écoute je murmure
C’est comme une musique de fond
Un pas, un bruit, une certitude
Plus qu’un image un son
Je te l’ai dit pourtant
Pourquoi exactement
Si je savais le taire
J’te le crierais autrement

Je ne dirais qu’un mot
Un seul le vrai de trop
Tu pourras faire comme si
Pour toi je n’ai rien dit

Nos romances nos rires
Les moments les soupirs
Malgré tout c’est certain
Si je parle c’est la fin

L’écho de mon secret
Peut encore me trahir
Je l’avoue, je le sais
Je ne peux plus mentir

Si la seule vérité
De mon cœur est trop lourde
L’infinie immensité
D’une larme qui coule
Pourrait tout changer

Je saurais le vouloir
Y croire en ton absence
L’entendre et la voir
La beauté du silence

Pourquoi ?

Classé sous Poesie Juniors — ganeshabreizh @ 17:22

 

Oiseaux chantant au printemps

*

Pourquoi quand le pintemps arrive

L’herbe et les blés renaissent ?

Pourquoi lorsque le printemps arrive

Naît alors la tendresse ?

 

Pourquoi quand le printemps arrive

L’oiseau chante-t-il l’amour ?

Pourquoi lorsque le printemps arrive. . .

Ne dure-t-il toujours ?

 

 

*

ésotcelt

ganeshabreizh

 

*

Printemps de la verdure

 

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO