Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour février 2007

2007 02 17

Au présent (chanson)

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 16:33

 

Le bon arbre  à souhait - www.itp.nyu.edu

Au présent (chanson)

*

Avec les mots écrins de tous les jours
Pour un dialogue unique avec l’amour
Je choisi tes yeux gris pour lendemain
Je mange à tes lèvres ce que sans faim
La vie claire fait dévorer d’envie
Je ressens aux creux de tes épaules
La chaleur de tes mots qui me frôlent
Aussi sûr
Aussi mûr
Aussi pur.

REFRAIN :
J’ avais promis une chanson d’amour
Et c’est la vie d’amour qui vient s’offrir
Celle du fond qui veut changer le monde
Et laisse aux coins éperdus de la terre
Tous les mots cadeau en fils d’avenir
Une aura fraternelle universelle.

J’exécute au présent le vif-argent
Et prends le temps précieux de vivre vieux
Pour que l’âme laisse à ton coeur soucieux
L’amie intime au quotidien du temps
Jusqu’au soin de repousser notre lien
Aux limites du vent qui nous maintient
Aussi sûr
Aussi mûr
Aussi pur.

REFRAIN

Les mots bleus du dernier jour de ma vie
Ne veulent plus être des mots d’adieu
Ils font du mal en complaisante nuit
Ils doivent s’abstenir de tous actes odieux,
Silences d’aventures empesées, nues
Plus vivants que mort face à la naissance
Aussi sûr, aussi mûr, Aussi pur.
Plus vivants que mort grâce aux renaissances
Aussi pur, aussi mûr, aussi sûr.

ésotcelt

ganeshabreizh

*

J'éxécute au présent le vif-argent  /  Et prends le temps précieux de vivre vieux / ésotcelt-ganeshabreizh

2007 02 16

Cecilia Bartoli chante Vivaldi accompagné par l’Ensemble Instrumental  » Sonatori de la Gioiosa Marca » – 7′ 34

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 19:00

http://www.dailymotion.com/video/7emwf1qBwo7su9QpS

Chaleur d’aimer

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 18:32

feu

 

*

Par le sanglot des bûches

Qui meurent au feu,

Par l’éteincelle voix

Parole de chaleur,

Par tout ce qui nous brûle,

Par la chute du bois

En gerbe d’yeux et flammes,

Elle m’aime de feu,

Du feu des yeux de braises

Du feu de son espoir.

 

 

*

ganeshabreizh

ésotcelt

*

oeil de braise

 

Stéphane Eicher – Combien de temps – 3’40

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 14:30

 

http://www.dailymotion.com/video/2LT2JqKPqkv3d5cwW

*

Artiste européen, Stephan Eicher chante en allemand, en suisse allemand, en italien, en anglais, en français ou encore en bernois.

Les chansons (et arrangements des reprises) de ses premiers albums sont essentiellement à base d’instruments électroniques (ordinateurs, samplers, sequencers, synthés…), dans le genre new-wave qui a émergé au début des années 1980.

Après le succès de Eisbär (avec le groupe Grauzone) en Allemagne, il se fait connaître en France avec l’album ‘Les chansons bleues’ (1983), succès d’estime qui est suivi d’un premier tube ‘Two people in a room’ (album ‘I tell this night’ 1985) et de ‘Combien de temps’ (album ‘Silence’ 1987) composé avec Corinne Dacla.

Le succès d’estime et le noyau de fans sont déjà au rendez-vous mais le succès populaire et la reconnaissance « officielle » naissent vraiment de la rencontre entre Stephan Eicher et le romancier Philippe Djian, de leur amitié complice et de leur collaboration fructueuse. Ce dernier écrira en effet les textes de toutes les chansons françaises d’Eicher dès l’album My place’ en 1989 dont entre autres : ‘Déjeuner en paix’, ‘Pas d’ami comme toi’, Des hauts des bas’, etc.

L’artiste rock étoffe son univers musical et a désormais recours à des instruments de musique acoustique classiques (guitare, piano, etc.) parfois méconnus (tel le cymbalum, instrument à cordes frappées) sur l’abum ‘Engelberg’ ou même très anciens (le cromorne par exemple, instrument à vent à anche double et corps recourbé) sur l’album ‘Carcassonne’, et enregistre non plus en studio mais dans des hôtels qui l’accueillent plus chaleureusement.

Associant instruments traditionnels et sons et des rythmes modernes, il affirme une singularité musicale incontestable, bel hommage à un maître respecté : Moondog.

Après l’été 1994, durant lequel il donne 114 concerts, Stephan Eicher sort son premier album live ‘Non ci badar, guarda e passa’ accompagné d’une vidéo ‘guarda e passa’, sur lesquels on trouve bien sûr, les séquences live attendues, mais aussi des moments volés dans le car, les hôtels, les bars aux concerts improvisés, les quais de gare, les après concert… C’est un aperçu intimiste de l’ambiance exaltante, exubérante, glorieuse mais épuisante de cette tournée.

L’électronique album ’1000 vies’ qui suit, en 1996, déconcerte une part du public qui ne reconnaît plus dans la tournée ‘Backstage Concerto’ le Stephan Eicher qu’il a connu, mais le très réussi album ‘Louanges’ les réconcilie largement en 1999.

L’an 2001 voit la sortie d’un best of intitulé ‘Hotel*S’ complété dans sa version luxe, d’un CD comportant des chansons inédites, des versions oubliées ou inattendues.

En 2002, il compose en collaboration avec le violoncelliste Jean-Philippe Audin et le pianiste Achim Meier, la musique du film ‘Monsieur N.’ d’Antoine de Caunes. Il chante avec I Muvrini (‘un sonu pe campa’ – album Umani), Patricia Kaas (‘on pourrait’ de J.J. Goldman), la chanteuse québécoise Claire Pelletier (Ce que tu donnes), compose pour Johnny Hallyday ‘Ne reviens pas’ et trouve enfin le temps d’enregistrer en 2003 ‘Taxi Europa’, qui est décliné sous forme d’un cd normal, d’un Cd live et de deux DVD, l’un retraçant la genèse de ‘Taxi Europa’, le second reprenant principalement le concert donné à l’Ancienne Belgique à Bruxelles, dans le cadre du ‘Tour Taxi Europa’, où Stephan Eicher se met en scène sur grand écran.

Après une tournée quasi confidentielle, ‘projet solo’ où il joue en acoustique seul sur scène au milieu de ses machines, il présente au Blueballs Festival de Lucerne et en Corse quelques titres de son prochain disque qui devrait sortir au printemps 2007 sous le label Barclay.

1. L’ombre de mes cils un seul regard
L’ombre de mes cils comme un rempart
Le plaisir facile les amours d’un soir
Meurent d’un oubli subtil dans le nœud d’un foulard
Combien de temps combien de temps
Si on restait face à face sans un mot
Sans une gomme qui efface
Combien de temps combien de temps
Et je bois je bois
Et je suis saoul de toi saoul de toi

2. L’ombre de mes cris flèches invisibles
L’ombre de mes cris comme une cible
Les mots inutiles sourires illusoires
A vos questions futiles je réponds au hasard
Combien de temps combien de temps
Si on restait face à face sans un mot
Sans une gomme qui efface
Combien de temps combien de temps
Et je bois je bois
Et je suis saoul de toi

3. Ces jours-là j’ai de la peine
A vivre loin loin de toi
J’ai de la folie plein les veines
Je bois je bois et je suis saoul de toi
Combien de temps
Combien de temps combien de temps
Si on restait face à face sans un mot
Sans une gomme qui efface
Combien de temps combien de temps
Et je bois je bois et je suis saoul de toi

Conscience – 3 – Valeur de l’inconscient (9 citations)

Classé sous Pensees - Meditations - Citations — ganeshabreizh @ 13:22

 

Conscience

 

 

[Valeur de l’inconscient]

 

 

1- « Notre art est de savoir faire de notre maladie un charme. »

(Ernest Renan – 1823-1892 – Ecrivain, philosophe,philologue et historien français.)

 

 

*

 

 

2- « La vie véritable réside dans cette nappe profonde qui effleure à la conscience dans le rêve et l’inspiration. »

(André Breton – 1896-1966 – Ecrivain français, poète et théoricien du Surréalisme.)

 

 

*

 

 

3- « Les psychanalystes sont les égoutiers de l’âme ; l’odeur pénétrante de leur profession les suit jusque dans leur vie privée. »

(Un personnage de Arthur Koestler in Testament espagnol, 1937)

[Arthur Koestler – 1905-1983 – Romancier, philosophe, historien et essayiste Hongrois naturalisé Britannique]

 

 

*

 

 

4- « Satan fait aujourd’hui de la psychanalyse, il a imaginé ce moyen de nous convier allègrement à contempler les bas-fonds et à excuser nos fautes par le déterminisme de nos tendances inconnues. »

(André Chaumeix – 1874-1955- Journaliste et critique français.)

 

 

*

 

 

5- « Une diminution de l’hypocrisie et un accroissement de la connaissance de soi-même ne peut avoir que de bons résultats sur le plan de la tolérance, car on est que trop disposé à reporter sur autrui le tort et la violence que l’on fait à sa propre nature. »

(Carl Gustav Jung – 1875-1961 – Médecin psychiatre et psychanalyste Suisse – Psychologie de l’inconscient, 1912.)

[Introducteur du concept d’inconscient, théoricien de l’inconscient collectif.]

 

 

*

 

 

6- « Les sentiments nobles sont devenus moins suspects depuis que la psychanalyse en a dégagé les racines ignobles. »

(Jean Rostand – 1894-1977 – Ecrivain et biologiste français -Nouvelles pensées d’un biologiste, Paris, Stock, 1947.)

 

 

*

 

 

7-« Le freudisme, si fameux, est un art d’inventer en chaque homme un animal redoutable, d’après des signes tout à fait ordinaires

La plus grave erreur est de croire que l’inconscient est un autre Moi ; l’inconscient est une idolâtrie du corps ; pas d’inconvénient à employé le terme d’inconscient : c’est un abrégé du mécanisme ; mais si on le grossit commence l’erreur ; pis c’est une faute. »

(Alain [Emile Auguste Chartier] – 1868-1951 – Philosophe, journaliste et professeur français – Eléments de philosophie, 1940.)

 

 

*

 

 

8« La conscience est toujours implicitement morale et l’immoralité consiste toujours à ne pas vouloir penser qu’on pense et à ajourner le jugement intérieur. »

(Alain [Emile Auguste Chartier] – 1868-1951 – Philosophe, journaliste et professeur français – Définitions, dans les Arts et les Dieux, Gallimard, Collection « bibliothèque de la Pléiade, 1954 »

 

 

*

 

 

9- « Tout ce qui devient conscient devient plat, bête, généralisation, marque de troupeau. Dès que l’on prend conscience il se produit une falsification. »

(Friedrich Nietzsche – 1844-1900 – Le Gai Savoir [Die fröliche Wissenschaft ], 1882 et 1887.))

[Nietzsche veut dire que ce sont seulement les sentiments et les idées qui peuvent être communiqués, c’est-à-dire nos états les plus superficiels, les plus dépendants des préjugés sociaux qui parviennent aisément à la conscience ; ce qui est aisément conscient serait donc ce qui n’est pas original.]

Ce que tout homme devrait pouvoir se dire

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 10:59

www.crystalinks.com

*

J’oublie le soleil

Qui fait rêver la mer,

J’oublie que le sel

Dessèche la vigueur,

J’oublie les sources

Que ronge le chagrin,

J’oublie la vie,

J’oublie la mort,

Parce que je rêve d’au-delà.

 

L’âme a rejoint ses étoiles

Le nadir brillant de l’espoir

Mais dans mes deux bras restent

La force et la constance

Et je peux dire merci

A l’amour qui me porte.

 

*

 

 

 

ganeshabreizh

ésotcelt

 

*

Dream - www.alpha60.de

2007 02 15

Conscience – 2 – L’inconscience dans sa nature et son existence – Psychanalyse (21 citations)

Classé sous Pensees - Meditations - Citations — ganeshabreizh @ 23:22

 

CONSCIENCE

 

[Nature et existence de l’inconscience. Psychanalyse]

 

*

 

1- « L’inconscient est la marge dont la conduite déborde la conscience. »

(Charles Baudoin – 1893-1963 – Psychanalyste, philosophe, humaniste, poète et romancier – L’âme et l’action, 1944-1949.)

 

*

 

2- « La conscience règne et ne gouverne pas. »

(Paul Valéry – 1871-1945 – Ecrivain, poète, philosophe et épistémologue français – Mauvaises pensées et autres, 1942.)

 

*

 

3- « L’amour propre est souvent invisible à lui-même ; il nourrit sans le savoir un grand nombre d’affections et de haines et il en forme de si monstrueuses que lorsqu’il les a mises à jour, il les méconnaît. »

(François VI duc de la Rochefoucauld – 1613-1680 – Ecrivain, moraliste et mémorialiste français – Les maximes,)

[L’édition définitive avec les 700 maximes ne parut qu’en 1817]

 

*

4- « …jusque dans les secrets que je crains de savoir. Jusque dans le repli de l’amour de soi-même. »

(Paul Valery [ibid.]- Poème : Narcisse)

 

*

 

5- « L’intellect est tout à fait étranger aux résolutions de la volonté. Il faut qu’il la prenne en flagrant délit pour deviner ses intentions véritables. »

(Arthur Schopenhauer – 1788-1860 – Philosophe idéaliste allemand – Le monde comme volonté et comme représentation, 1818/1819 – 2ème Tome : 1844°)

 

*

 

6- « Notre thérapeutique agit en transformant l’inconscient en conscient. »

(Sigmund Freud (Sigismund Schlomo Freud)- 1856-1939- Médecin autrichien, Inventeur de la psychanalyse – Introduction à la psychanalyse, 1917)

[ Un des trois « penseur du soupçon », qui ont induit le doute dans la conception philosophique classique du sujet, avec Karl Marx et Friedrich Nietzsche ;]

 

*

 

7- « N’était la vigilante pitié de Dieu, il me semble qu’à la première conscience qu’il aurait de lui-même l’homme retomberait en poussière. »

(Georges Bernanos (Joseph Jurt)- 1856-1939 – Ecrivain français – Journal d’un curé de campagne, 1935/1936.)

[Grand prix du roman de l’Académie française-1936]

 

*

 

8- « Les hommes éveillés n’ont qu’un monde, mais les hommes endormis ont chacun leur monde. »

(Héraclite d’Ephèse – 544/541- 480 Av. J.C. – Philosophe présocratique grec de la fin du VIème siècle av. J.C. – Fragments.)

 

*

 

9- « Le rêve est le gardien du sommeil. »

(Sigmund Freud – Ibid.

 

*

 

10- « Le rêve est la satisfaction d’un désir. »

(Sigmund Freud)

 

*

 

11- « Platon disait que les bons sont ceux qui se contentent de rêver ce que les méchants font en réalité. »

(Sigmund Freud)

 

*

 

12- « L’inconscient s’exprime à l’infinitif. »

(Sigmund Freud)

 

*

 

13- « L’enfant est le père de l’homme. »

(William Wordsworth – 1770-1850 – Poète romantique anglais – Poème : L’arc en ciel)

 

*

 

14- « Les névroses sont des produits, non de la sexualité, mais du conflit entre le moi et la sexualité. »

(Sigmund Freud)

 

*

 

15- « Je dis que si l’homme était un il ne serait jamais malade. »

(Hippocrate Le Grand – vers 460 av. J.C. – vers 470 av. J.C.- Médecin grec – De la nature humaine.)

 

*

 

16- « L’insensé lui-même n’est jamais qu’une ruse du sens, une manière pour le sens de venir au jour. »

(Michel Foucault – 1926-1984 – Philosophe français – in Histoire de la philosophie contemporaine, Tome II, Tableau de la philosophie contemporaine, A. Weber et D. Huisman.)

[Titulaire d’une chaire au Collège de France à laquelle il donna le titre d’Histoire des systèmes de santé.]

 

*

 

17- « Les primitifs qui se croient en état de péché mortel se laissent mourir…et meurent souvent sans lésion apparente ; un individu se casse quelque membre ; il ne se rétablira que du jour où il aura fait sa paix avec les règles qu’il a vilées. »

18- (Marcel Mauss – 1872-1950 – Fondateur de l’ Ecole française de sociologie et fondateur de l’ethnologie – Sociologie et anthropologie, 1950.)

 

*

 

19- « L’inconscient est un discours qui s’articule en dehors du sujet, ailleurs dans un autre registre en langage chiffré, clandestin. »

(Jacques Lacan – 1901-1981 (Jacques-Marie Emile Lacan) – Psychanalyste français – Article in L’Express, 31 Mai 1957.)

 

*

 

20- « Le génie de Freud a consisté à montrer en action une raison raisonnante comme telle, je veux dire en train de raisonner et de fonctionner comme logique, à l’insu du sujet, ceci dans le champ même classiquement réservé à l’irraison, disons le champ de la passion. »

(Jacques Lacan)

 

*

 

21- « Les névrosés se libèrent de leur conflit s’ils parviennent à l’exprimer, c’est-à-dire à transformer le conflit en récit, à rattacher une expérience solitairement vécue comme ineffable, lourde d’angoisse et d’inconnu aux chaînes communes du langage…

Exprimer en langage verbal ce qui n’était exprimable qu’en langage d’organes, exprimer plus ou moins clairement ce qui était au fond de nous même obscurément imprimé, c’est ordonner notre désordre. »

(Jean Delay – 1907-1987 – Médecin psychiatre et écrivain français – Perspectives sur la médecine du corps et de l’esprit, Conférences des Annales, avril 1952.)

 

Sarah McLachlan – In the arms of the angels – 5’45

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 14:30

Image de prévisualisation YouTube

 

*

 

Angel  Sarah McLaughlin  Spend all your time waiting for that second chance for a break that would make it okay there's always some reason to feel not good enough and it's hard at the end of the day I need some distraction oh beautiful release memories seep from my veins let me be empty oh and weightless then maybe I'll find some peace tonight  In the arms of the angel fly away from here from this dark cold hotel room and the endlessness that you feel you are pulled from the wreckage of your silent reverie you're in the arms of the angel may you find some comfort here  So tired of the straight line and everywhere you turn there's vultures and thieves at your back the storm keeps on twisting you keep on building the lies that you make up for all that you lack it don't make no difference escaping one last time it's easier to believe  in this sweet madness oh this glorious sadness that brings me to my knees  In the arms of the angel fly away from here from this dark cold hotel room and the endlessness that you feel you are pulled from the wreckage of your silent reverie you're in the arms of the angel may you find some comfort here you're in the arms of the angel may you find some comfort here

 

Esprit

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 14:29

sea ghost

 

 

*

 

Je te parle, ils écoutent.

Ces pierres écarlates

Que sont mes rêve vagissant,

Les vois-tu créature ?

 

 

Leurs mers les roulent à polir ;

Des pieds écrasent

Leurs cris de faible ;

Emouvante agonie

Du sable qui leur fait place.

 

 

Esprit, que penser de cela !

Pierres de douleurs elles frappent,

Mais sans leurs âmes qui colorent

Elles ne seraient plus que des mots.

 

 

ésotcelt

ganeshabreizh

Olivia Ruiz – J’traîne des pieds – 3’322

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 13:00

 

Image de prévisualisation YouTube

*

J’traine Des Pieds Olivia Ruiz lyrics
Artist: Olivia Ruiz
Album: La Femme Chocolat
Year: 2005
Title: J’traine Des Pieds   Print
Correct

J’traînais les pieds, des casseroles
J’n'aimais pas beaucoup l’école
J’traînais les pieds, mes guiboles abîmées
J’explorais mon quartier

J’traînais des pieds dans mon café
Les vieux à la belotte braillaient
Papi, mamie, tonton André et toutes ces pépées
A mes p’tits soins, à m’pouponner

Ecorché mon visage, écorchés mes genoux
écorché mon p’tit coeur tout mou
bousillées mes godasses, bousillé sur ma joue
bousillées les miettes de nous

La fumée du boeuf bourguignon
Toute la famille tête dans l’guidon
Du temps où ont pouvaient faire les cons
Les pensionnaires, les habitués, les gens d’passage surtout l’été
Joyeux bordel dans mon café

Ecorché mon visage, écorchés mes genoux
écorché mon p’tit coeur tout mou
balayée la terrasse, envolé le bout d’chou
envolées les miettes de nous

Je traîne les pieds, j’traîne mes casseroles
J’n'aime toujours pas l’école

Ecorché mon visage, écorchés mes genoux
écorché mon p’tit coeur tout mou
bousillées mes godasses, bousillé sur ma joue
bousillées les miettes de nous

 

1234

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO