Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2007

2007 10 22

Vivre le temps présent

Classé sous Pensees - Meditations - Citations — ganeshabreizh @ 17:32

 Le mont Kailash inaccesible et sacré du Tibet

 

 *

Vivons la route présente et ne remettons à demain que l’impossible chemin. Nous serons ainsi en compagnie de ceux qui la vivent, tendant une main secourable à ceux qui attendent………sur le bord du chemin….. le présent de leur demain.

 

ganeshabreizh 

*

Durga l'appel à l'inaccessible

 

2007 10 21

Les Enfoirés 2008 chantent L’Amitié 3’26

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 0:00

Image de prévisualisation YouTube

*

Les enfoirés 2008

*

http://www.enfoires.fr/web/index.php

 

2007 10 9

Au pied du mur !

Classé sous Reflexions - Apartes — ganeshabreizh @ 23:17

 

Conscience de l'inconscience prépare si elle ne résoud rien dans l'immédiat 

Etre est avoir conscience de son ou ses handicaps. Même réduit par la portée de celui-ci dans certaines dimensions, il ouvre sur tant d’autres !
Il y a tant de handicap !
Pouvons-nous penser qu’il n’y en a pas de plus difficiles à supporter que d’autres dans l’absolu ?
Les notions que nous en avons, pour la plupart, et que nous recevons ou vivons pour notre relative part, que nous percevons sont fonction d’une écoute personnelle et individuelle (participant, vivant, croisant, voyant, croyant.).
Être à l’écoute de soi-même revient à être à l’écoute des autres, l’apprentissage commence absolument par là, on ne peut comprendre les autres si on ne se comprend pas soi-même.
Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, à chaque jour suffit “sa-joie-et-sa-peine” , indissociables.
Vient le jour X, Lambda pour d’autres, qui va demander à l’Être de se dépasser d’une façon ou d’une autre, en fonction d’impératifs certains et incontournables ou difficiles à contourner. Les nécessités sont connues, les aides restent absentes, les exigences demeurent, l’action doit se faire.
Ainsi mis au pied du mur, la question se pose : “Veux-je” , “Puis-je” , “Suis-je capable” ?
La seule façon pragmatique de le savoir est de réfléchir au processus qui doit amener à l’action “obligatoire-sinon”.
L’esprit doit être clair pour décider, et s’ il ne l’est pas ? Il faut discuter avec soi-même (non pas contre soi-même, pour soi-même, ou pour ou contre les autres), et dichotomiser avec les états de conscience vraie ; il n’y a pas d’autre observateur que soi-même ; on ne peut rien se cacher, la conscience vit.
Issue du raisonnement constitué par cet échange avec soi, les modalités d’une action se profilent, se dessinent ; l’action équilibrée constructive est à ce prix. Prendre connaissance de soi-même et s c omprendre pour dire, faire, agir, être et non point paraître.
Au fur et à mesure de cet échange intime naissent les possibilités renforcées par les « vouloir-progressivement » de la certitude de pouvoir faire…au moins…, de pouvoir et de vouloir, se dépasser ; sinon rien ne se fait et l’être sombre.

*


On sait, après avoir fait ses choix, quelles seront au minimum et au maximum, les conséquences résultant de l’action que l’on va entreprendre.

Porté par la vie on le fait.

Ce peut être simplement mettre un pied devant l’autre, respirer, ouvrir les yeux (indépendamment de l’instinct) ; serrer une main, avoir un geste de tendresse ou d’amour, accepter d’écouter ou d’entendre, de voire sans oeillères ou survoler, courir un cinq milles mètres, se lever, se coucher ; arrêter de fumer, cesser de boire , de se droguer, tout au moins bannir les excès ; pardonner, canaliser sa violence, contrôler son expression verbale ou écrite ; ainsi que tous les contraires qui en découlent et sont autant de marches à monter, dans un sens ou dans un autre, pour l’évolution de chacun en complément de l’évolution commune. Accepter le constat de soi-même Sans se donner d’excuse de vécu et de ne pas avoir, soi-disant, choisi de venir au monde dans ces conditions.

Le refuge, c’est « ici-et-maintenant »!

Dans le cas contraire, nous ne leurrons jamais que nous-même!

Ainsi l’Être apprend, et s’apprend au quotidien!

Au lieu de dire : « Il », « Elle » « on » m’a trahi, et de chercher à se venger, plus ou moins consciemment, en conséquence d’une certaine conscience issue d’un raisonnement plus ou moins dirigé, ne doit-on pas se dire et dire : « Je ne trompe que moi-même, n’étant pas parfait ?

La vie est ainsi, choisissons-nous de dire ! Avec ses hauts et ses bas !

Et, rien ne change, ni n’évolue dans notre relatif.

Imaginons un instant la vie sous la forme d’une arme : grenade, bombe. Allons-nous, face à cette arme, lorsque nous la rencontrons, la dégoupiller ou mettre un coup de pied dedans au risque de la faire exploser avec ces conséquences, simplement pour le plaisir de voir ce que cela fait ? Allons-nous composer avec, chercher à savoir de quoi il s’agit , prendre le temps de la réflexion, sans mentaliser, avant d’agir, de nous comporter en « animal-instinct » ?

Une évidence existe : Quand on ne sait pas on ne sait pas. Ce qui ne nous parvient pas en seuil de conscience, alors qu’existant dans l’inné à la naissance, certaines parties de se savoir inné non mobilisé par l’éducation disparaît par faute d’avoir été solicité et lorse qu’on veut à nouveau l’acquérir ou le rendre à la conscience ls difficulté deviennent insurmontables, pour ne pas dire impossibles tant la société n’est pas focalisée sur ses manquements.

C’est une constatation absolue, une réalité relative.

Alors l’enfant que nous sommes [voulu ou entretenu (par nous-même ou les autres, quels qu'ils soient)] face à l’inconnu, ou au difficilement appréhendable, prends, doit prendre les moyens d’apprendre.

C’est enfant que cela commence.

yannesoganesh

Esprit-conscient

2007 10 5

Par des Mots d’errance » aux Editions Chloé Des Lys par Delphine Bouneb plus connue sous le nom de Sahel – Photopoème : Les Damnées – Composé par Sahel

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 10:05

Sahel - Delphine BounebSahel desertSahel - Delphine Bouneb

*

Les damnées par Sahel

Pour vous permettre de découvrir d’autres textes de Sahel, voici deux liens qui vous y conduiront  

[Une fois sur le site  mentionnez le nom :  Sahel  -  (dans la cadre Rechercher du site , colonne de droite.)]

http://nouvelle-poesie.com/

et

(et dans le cadre Rechercher de la colonne de gauche du forum.)

http://auxmotspassant.boardsmessage.com/ 

*

 

Quelques mots à propos de Sahel  Quelques mots à propos de Sahel,

  Influence : Des Artistes De La Toile, Miossec, Musset ·                               ·                             

 Présentation : Jeune Saint-Priote, par rencontre de coeur, de tout juste 20 ans, cette ville m’a permis de m’épanouir et de vaincre ma grande timidité que les mots oseront plus avouer que la voix. Cela pourrait expliquer une première apparence hermétique de mes textes, mais j’avoue que quelque part, j’ai espoir que le lecteur, seul souverain, y trouvera ce qu’il ne cherchait pas plus que ce que je n’y mettrai.Il me demeure en vérité que le vers, par subtile caprice, parle à celui qui le suit, d’un chemin inconnu même de l’auteur..En Mars 2007, à la naissance de mon fils, « Par des Mots d’errance » mon tout premier recueil est édité aux Editions Chloé Des Lys. 

*

Pour découvrir le livre, je préfèrerai modestement citer le mail
d’encouragement qu’elle a pu recevoir de l’un de ses premiers lecteurs : « 

« … j’ai adoré …mais je n’ai pas tout compris » !

*

Un univers où, plonger dans l’obscurité une étincelle, racontera toujours au

lecteur, bien plus que n’y mettra même le plus grand des auteurs. Il
appartiendra à vous de le découvrir .

Il me demeure en vérité que le vers, par subtile caprice, parle à celui qui
le suit, d’un chemin inconnu même de l’auteur.

    A l’exemple de « Réminiscences », j’ai emprunté à l’obscurité plus qu’au
pessimisme, le ton d’une
confidence en tentant l’esquisse d’un tableau à la manière d’un peintre
déchiré par les couleurs de
notre époque où chaque jour se déverse dans la torpeur générale la
vulgarisation des larmes des
victimes et les silences assourdissants des innocents.

J’ai posé en ce recueil, en modeste pinceaux de vers, plus qu’une
interrogation et plus que nos énièmes dénonciations, l’appel en chacun de ne

pas
oublier que nul ne peut éteindre la dernière étincelle, celle qui scintille
tant que tout n’est plus
qu’obscurité. Aussi, inspirée des mots du Poète espagnol, Gerardo Diego,
« créer ce que jamais nous ne verrons, c’est cela la ¨Poésie », j’ai voulu
isoler un vers au sein de chaque poème entre humeurs torrentielles et
horizons affamés, pour le murmure d’un espoir.

« Par des mots d’errance » est un tout premier recueil de 23 Poèmes. Mon
objectif ? Faire découvrir aux lecteurs que même les plus jeunes d’entre
nous ont des choses à dire, quel qu’en soit la forme, quel qu’en soit le
poids. Comment peuvent-ils dire que tous écrivent et peu lisent?  Sans
prétention, par ce livre et ce pas vers

le lecteur, je n’ai qu’une demande à celui-ci, qui parcourt ses mots, s’il
vous plait, sortez et
recherchez un jeune auteur inconnu, au premier livre, le premier que vous
trouverez.
Montrez-lui, qu’ici ses vers bien que non issus d’un nom célèbre, n’ont pas
été vains.

    Alors, et seulement, si des jeunes auteurs ne sont pas oubliés, je me
dirai que j’aurai su vous
parler de ce qu’est ma plume. C’est cela pour moi, « Par des Mots d’errance ».

Delphine BOUNEB
 

*

 

Couverture du Recueil de Poésies écrites par Delphine Bouneb : Par des Mots d'errance.

Par des Mots d’errance » aux Editions Chloé Des Lys.

En Mars 2007 est sort imon tout premier recueil de Poésie,

23 textes inédits aux éditions Chloé Des Lys,

par BOUNEB Delphine alias Sahel sur la toile.

 Pour l’obtenir, envoyez un mail à : chloe.deslys@scarlet.be M

Merci à tous Mes amitiés, Sahel.

*

Voici quelques liens pour en savoir plus sur cette poétesse :

http://chloedeslysblog.canalblog.com/archives/2007/04/24/4724996.html

http://text.sfrjeunestalents.fr/artiste/Sahel/

http://www.litterature.tv/article.php3?id_article=375&titre=Par-des-mots-d-errance

*

Sahel desert

2007 10 4

A Poétesse et Poète – [poésie dédiée à "Mireille Icarus"]

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 8:03

Icarus

*

Lorsque je vois ton nom au sommet de ces textes
J’en retiens mon souffle à te lire jusqu’au bout
Dans un simple élan d’être et suis jamais déçu.
Âme levée je tends le filet de ma voix
Pour couvrir de tempo le tien propre à l’envol.
Des couleurs que tu mêles j’emmêle un éternel.

*

Au bout du fil indien il n’y a pas de prétexte
Pour créer la chanson sans aucun préconçu
Pour vibrer l’unisson à l’abri du dégoût
Et si le goût des fous s’en fout de nos lois
Pour enfin faire germer ta bonté sans bémol
Je dédie à mon tour ton inconditionnel. 

Dédié à Mireille 

 

2007 10 3

Repli

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 18:30

 

Méditation d'éveil 

 

*

 La mer s’abat sur le rivage 

Pour mes galets plaignant l’air du large ; 

Et le flot gisant des marées 

S’habillent des poissons des péchés. 

 

Fautes véniels dans la coquille 

Et ceux mortels, des bêtes qui pillent, 

Qui vrillent sable des cristaux 

Pour douceur des couchers de coraux. 

‘ 

Ce foyer sonné de jonchée, 

Gît débarassé d’avoir été.  

Couchées les erreurs sans pêcheur,  

Pour que le clair de lune soit fleur. 

‘ 

Malhabile croissant nocturne, 

Pauvre femme, de joie implorante 

L’être humain  chausse  tes cothurnes. 

‘ 

Lune ivre d’armée en déroute 

Déshabille les rayons de terre 

En chasseur pourpre de nos doutes. 

‘ 

Abrutie la chair de l’ esprit 

Me revient pour puiser l’aurifère 

Orient de lumière infinie. 

  

ésotcelt 

ganeshabreizh

*

Eveil 

 

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO