Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2008

2008 10 30

Tu es cette chanson de vie

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 21:53

yinyangpicture1.jpg

Tu es cette chanson de vie


*

Tu es la terre verte, tu es la mer si bleue,

Et je suis cettte graine d’amour,

Et je suis toutes tes vagues.

Tu es notre croissance et son fleurissement,

Et nous nous nourrissons de notre amour

Jusqu’à nous vivre, jusqu’à la fin des temps.


C’est pour toi que la vie existe,

Par toi que l’enfant resplendit.

J’ai des larmes de bonheur,

Elles coulent sur mes joues,

Tu les bois de tes lèvres

Comme je le fais des tiennes,

Elles sont le sel de nos émotions vraies.


Tu es le temps du temps

Et je suis ta clepsydre

Et comme tu coules en moi

Je me nourris de toi tant je te goûte.

Tu es aussi le vent du destin,

Ce vent des jours de tous les jours du temps

Qui gonfle la voile de mon amour en spirale.

C’est lui qui m’amena à toi à travers le pot-au-noir.


C’est pour toi que la vie existe,

Par toi que l’enfant resplendit.

J’ai des larmes de bonheur,

Elles coulent sur mes joues,

Tu les bois de tes lèvres

Comme je le fais des tiennes,

Elles sont le sel de nos émotions vraies.

Tu es la rose exotiquement pure

Irisée des nuances du bleu terre, ciel et mer.

Ce sont les étamines de tes yeux sombres,

Ce sont tes regards d’horizon tendre

Qui font que sur le chemin de la vie,

Je suis pas à pas, d’existence en existence,

Leur étoile solaire, éternel soleil levant.

Jusqu’au chant de ta voix absolue que j’épouse !

Jusqu’au frisson je suis puisque tu es mes joies !


C’est pour toi que la vie existe,

Par toi que l’enfant resplendit.

J’ai des larmes de bonheur,

Elles coulent sur mes joues,

Tu les bois de tes lèvres

Comme je le fais des tiennes,

Elles sont le sel de nos émotions vraies.


Alors que tu respires et que ton souffle naît,

Tu deviens l’atmosphère qui nous permet de vivre.

Je suis l’air frais et l’air chaud, la caresse du temps,

La rivière du vent qui coule vers toi doucement ;

Tu es mon pays, le seul qui fasse l’Univers,

Mes bras se tendent pour l’amour de son expansion,

Car je sais que bien plus, mon amour, tu es l’offrande de foi,

De l’âme à l’âme pour que nous voyagions ensemble


C’est pour toi que la vie existe,

Par toi que l’enfant resplendit.

J’ai des larmes de bonheur,

Elles coulent sur mes joues,

Tu les bois de tes lèvres

Comme je le fais des tiennes,

C’est pour toi que la vie existe,

Par toi que l’enfant resplendit.

J’ai des larmes de bonheur,

Elles coulent sur mes joues,

Tu les bois de tes lèvres

Comme je le fais des tiennes,

Elles sont le sel de nos émotions vraies.

*
eso

*

yinyang.jpg

2008 10 22

Joyeux anniversaire Ma Patsy Blue-Rose d’amour

Classé sous Message Personnel En ligne — ganeshabreizh @ 14:54

Anniversaire Rose Bleue Patsy d'amour

 

*

*

 

Bright blue rose par Mary Black

 

 

I skimmed across black water, without once submerging
Onto the banks of an urban morning
That hungers the first light, much much more
Than mountains ever do.
And she like a ghost beside me, goes down with the ease of a dolphin
And emerges unlearned, unshamed, unharmed
For she is the perfect creature, natural in every feature
And I am the geek with the alchemists stone

Chorus

For all of you who must discover,
For all who seek to understand,
For having left the path of others
You find a very special hand

And it is a holy thing, and it is a precious time
And it is the only way
Forget-me-nots among the snow, its always been and so it goes
To ponder his death and his life eternally

Chorus

For all of you who must discover
For all who seek to understand,
For having left the path of others
You find a very special hand

And it is a holy thing
And it is the only way
Forget-me-nots among the snow, its always been and so it goes
To ponder his death and his life eternally

One bright blue rose outlives all those
Two thousand years and still it goes
To ponder his death and his life eternally

2008 10 21

Dakini

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 9:42

dakini8.jpg

*

Dakini

L’aragne ne vient jamais à vous, elle attend.

Vous allez à l’aragne et la toile de soie

Vibre enfin sous vos doigts pour peu qu’avec le temps

Les regards se partagent, naissent les émois.

L’aragne est femme-déesse qui danse, cadence

De son anaréisme amoureux, l’espérance.

Ce sont ses yeux noisette et son souffle de braise,

Ses bras de Dakini, qui vous tendent leurs mains.

Messagère céleste aux fils qui apaisent

Elle garde les secrets de la vie en demain,

Sachante transcendant les hiers de chacun

Elle souffre en humaine vers un passé défunt.

dakinileaf.jpg

 ’

La langue de ses mots, yogini accomplie,

Stimule le sens secret du langage oublié

La parole d’aragne est la caresse enfouie

Dans les replis d’esprit qui vous rend envié

Par ceux qui son perdu dans le délir des sens

Ayant oblitéré l’amour et son essence.

Belle en sa joie cosmique elle plante son esprit.

Son âme aventurière en l’univers profane

Le brise et le remplace en niveaux entrepris

Convertibles, integrables, esprits diaphanes,

Cachant mieux aux non-initiés le Grand-Secret:

Par semen et pensée d’éveil la Bodhicitta est.

*

eso

dancingspider.jpg

2008 10 20

Ainsi le chemin – Adella et Eso sur le Camino

Classé sous POESIE — esotcelt @ 8:56

photo0045050.jpg 

Ainsi le Chemin

*

Avec toi issue de poésie et d’un passé lointain,

Avec toi que je ne connaissais pas,

Avec toi la femme cheminante

Je pris ton pas rebelle sur la voie.

Par toi le sourire évada mon être.

Par toi j’ai appris des plans vibratoires

Où l’amitié profonde évolue l’âme.

Par toi j’ai pu grâce aux regards nouveaux

Vérifier quelques dons que le Ciel donna

Au cherchant que je suis. Les sacs si lourds

Ecourtaient nos étapes. Bivouac

Un soir, hébergement un autre. Vivre

Devint un chant partage. La nature vraie,

Le pèlerin d’alors, croisées sincères

Dont les mots bleus reflétaient les pensées.

Volonté amicale en bandoulière,

Poésie pour certains, don de soi

Pour l’autre dont le sourire tendait la main.

Il y en eu de ces émotions nues,

Empathisantes et si envoûtantes

Que nous ne sommes plus les mêmes humains.

L’empreinte du Chemin c’est posée, là,

Sur l’empreinte profonde l’un pour

L’autre, qui un temps faiblissait, se levait,

Puisant dans la force de la Compagne

La ressource pour lui tendre à son tour

La main du cœur et de l’âme, l’écoute

Attentive aux errances de l’esprit.

Ce fut chacun son tour. Merci mon Dieu

De nous avoir mis sur la Route à Deux.

A jamais nous sommes gravés de ça

Cette autre forme d’amour au nom d’Eux,

Une sorte d’union sacrée si particulière

Qui rejoint dans le temps les Âmes-Sœurs,

Cette grande famille des Etres qui se cherchent,

Où se côtoient si bien destin et libre arbitre.

Même en vacillant on avance en priant,

Que la pente soit dure ou le sol roulant,

Que le soleil se lève sur une mer de brouillard,

Que le soleil nous plombe de sa chaleur ;

Que la pluie nous lave de son vent d’eau,

Mouillant la matière et séchant les larmes.

Ce fut notre être intérieur qui renaquit ainsi

Poussé par la méditation des cheminants :

Les pieds sur terre et l’esprit dans le Ciel,

Le cœur dans les étoiles et l’âme en prière ;

Juste pour avancer un peu plus dans la Vie

Sans plus blesser quiconque, s’aimer soi-même,

Connaître ses limites pour ne plus rien exiger,

Seulement donner, donner toujours

Sans rien attendre qu’un sourire.

*

eso

*

photo0405050.jpg

*

photo07280v8050.jpg

*

photo0955050.jpg

*

photo071adella.jpg

*

photo080bivouac.jpg

*

photo085eso.jpg

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO