Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour février 2009

2009 02 15

Dès maintenant je sais…par les pages tournées…

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 22:21

Il faut confier aux flots le passé en bouteille

 

 

*

Dès maintenant je sais…par les pages tournées…

 Ce présent d’un futur rend si présent l’amour
Qu’il éveille déjà dans ton coeur étoilé
Le bleu tendre exotique au rose de tes joues,
Une marche en avant engendrant l’harmonie.

 

Et c’est ce goût de mer qui lave tous tes sens,
Sa promesse émeraude boucle d’un vert tendre
Les rameaux immergeant de cet arbre immortel.
Comme un lierre adouci notre mythe commence.

Mieux que les tus celés c’est le secret qui parle,
Il vient nicher le feu en l’insondable moi,
Sa vibration ultime et dernier cri de vie
Avant la Vie, sur les brisants de mon rivage.

Tu y étales alors ta tempête intérieure.
Pour atteindre le sable, unir au chant du coeur
Ce futur souhaité de l’amour au présent,
Il faut confier aux flots le passé en bouteille.

… comme il y a si longtemps on retrouve l’amour

ganeshabreizh

2009 02 13

De Moi à Toi

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 23:35

De moi à toi

De Moi à toi

 

 

Regarde-moi dans les yeux,
Prends de ma main qui tremble
Le pouls de mes mots d’amour,
Ceux que je dis au jour
Dans le monde du silence
Et que je transmet la nuit venue
Aux rêves qui t’habitent.


Je les ai puisés dans les « aussi »
Des regards de ton coeur,
Sur l’onde des non-dits »
Et des « vouloir-encore »
De ta tendresse émue,
De ta chaleur de femme.

eso

2009 02 9

Tomber…se relever… l’envol

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 21:46

Tomber...se relever...  l'envol

 

Tomber…se relever… l’envol

 

*

 

Ton être est envahi du doute,

La fatigue surgit en coup au coeur.

Comme un poisson hors de la mer,

Tu cherches en désespoir l’élément bon.

 

Ta détresse te rend solitaire,

L’ ami ne trouve plus les mots

Ou ne l’entends- tu plus comprendre

Le passé en souffrance qui s’accroche ?

 

Ta tête lourde se baisse

Les soupirs empesés s’exhalent.

Tes paupières sur tes yeux coulent,

Tes lèvres assoiffées et glacées se collent.

 

Le cerveau s’embrume de pensées négatives,

Les sourires qui font tes quotidiens se figent,

Le noir des idées assombrit ton visage,

Le moindre geste de vient l’ultime.

 

Tu vis une « petite-mort » à toi-même,

Elle envahit ton espace vital

Et tu te sens couler, couler, sombrer.

La conscience réveille alors l’être intérieur.

 

Ecoute la voix de ton esprit qui vit,

Soumets lui tes combats que le mental créa.

Il te dira les secrets de l’intime appui

Sur lequel apaiser tes douleurs morales.

 

Fais confiance aux jours qui passent,

Vis les nuits qui se suivent. Grâce à eux,

Les souvenirs deviennent l’estompe

Des pastels douloureux de ta vie.

 

Apprends-toi à nouveau de l’intérieur,

Même si tu perçois un toujours inutile;

Sâches que ta main crispée sur ton âme

Appartient à la vie qui te fit naître.

 

Prends enfin soin de toi, femme, homme,

Redessine tes jours au crayon de l’espoir,

Le destin ne joue pas avec ses couleurs,

Mais c’est toi qui doit les faire briller.

 

Il a créé le haut pour porter ta lumière,

Tu l’as d’ailleurs donné à qui fut dans le sombre.

C’est toi qui accepta le bas dans lequel tu erres.

Il ne te reste plus qu’à relever la tête.

 

Vois quelles mains riches tendent leur confiance

Pour prendre dans leurs doigts les eaux du vague à l’âme !

Caressant sans compter ta blessure en souffrance,

Ils apaisent d’un souffle tes battements de mort.

 

C’est une renaissance à l’existence en fuite

Qui mènera tes pas, au plus fort des tempêtes

Sur ton chemin de croix, à ta misson de vie.

L’amour est le viatique, ne le dévoyons plus.

 

L’envol ne se fait pas tout seul.

 

 

ganeshabreizh

 

 

 

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO