Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

2009 09 25

Le silence III —Des poèmes sans mots dont le nom est Silence.

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 23:31

Des poèmes sans mot dont le mot est silence

 

 

 

Des poèmes sans mots dont le nom est  Silence.

 

 

J’ai écrit des poèmes sans mots… si vrais,

Des poèmes secrets, des  poèmes d’enfant,

Comme un conteur confiant du  destin qui se livre

Aux nues illuminées par l’arc-en-ciel du monde.

J’ai écrit des poèmes sans mots… si frais,

Dont les vers de silence ont ciselé  nos cœurs…

Ces battements muets disaient cette chamade

Qui étreignait nos souffles alors qu’ils se joignaient,

Ils mourraient l’un à l’autre pour naître plus fort.

 

Il ya l’unisson qui chante nos frissons de chair

Au moment du regard pensé sur le regard de l’autre,

Il y a cette étreinte enceinte de nos mains conjointes

A l’instant révélé du chant secret porté haut

Par nos âmes qui s’aiment, nos auras qui se fondent.

 

Je les relis maintenant que les jours et les nuits

De notre année première s’estompent dans le ciel.

Je nous repeins sans cesse aux rizières quotidiennes

Qui laissent échapper tant de caresses uniques

Répandant tout un baume sur tes douleurs de corps.

 

Je pense  à la grâce divine qui fit se joindre

Nos chemins d’infortune en bout de vie de plus,

Pour l’évolution commune en un halo de paix,

Pour panser nos blessures, nos « fur-et -à –mesure ».

Le jardin de la Vie se nourrit d’eau de vie.

Ce sont un peu les larmes et les sueurs du cœur

Qui font grandir l’osmose et croître en compassion ;

A bas les coups de nerf et les poings qui se serrent,

Juste place au sourire et à la main tendue.

 

C’est tout ce partage que l’on vit en Silence,

Le geste se mesure au rythme de l’amour.

J’écris des poèmes de toi, de moi, de nous,

Des poèmes sans mots dont le nom est Silence.

 

 

eso

2009 09 3

Ce que tu me confies je le prends en offrande de nous.

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 22:51

je peins de mes mains Ta musique des lettres en forme de soleil.

 

Ce que tu me confies je le prends en offrande de nous

Les roses bleues fragiles, boutons d’adolescence

Frottés sans défense aux épines de la vie,

Ont fait de leurs lambeaux cette corolle bleue

Au calice de vie dont j’orne mon cœur vert.

Derrière tes nuages sur champs de mer, immense

Echo de tes silences, je peins de mes mains

Ta musique des lettres en forme de soleil.

Ce que tu me confie je le prends en offrande….

De ces temps conjugués, aux rythmes des saisons,

La seconde qui vit est celle que j’installe

Pour nourrir de la mienne un bel Arbre de Vie,

Il est juste besoin d’une écoute attentive.

Car cet Arbre qui marche aux confins trinitaires

N’a pas l’utilité d’un sol pour ses racines,

Pour y puiser sa sève l’amour seul y suffit,

Amour immatériel conscient des dimensions.

eso

Ce que tu me confies je le prends en offrande de nous. dans POESIE Ce-que-tu-me-confies-je-le-prends-en-offrande-de-nous.

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO