Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

2011 12 23

Le Miracle de Noël – Brian Head Welch – Sauve-moi de moi-même (nous avons tous une addiction particulière, c’est le moment de s’en libérer!)- Noël, Nativité, Nativity, Navidad,Vie…. [Trouver votre pays, vos racines... Find your country, roots, korzenie, għeruq,radici, raices,الجذور ,sustraiak] soyons humbles et réfléchis la vérité est en Jésus… le Christ ressuscité.

Classé sous A l'ecoute de ...,A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 14:48

Image de prévisualisation YouTube

Brian « Head » Welch, le guitariste du groupe de néo-métal Korn raconte sa rencontre avec Dieu. Depuis les premières heures de Korn, il consomme des méthamphétamines, appelées autrement « speed ». Il devient rapidement dépendant aux drogues. Complètement détruit et désespéré, il est impossible pour lui de sortir de ce cercle vicieux. Il s’adresse à Dieu lors dune ultime prière et fait alors une très forte rencontre avec Lui qui le délivre de la drogue. Sa conversion le conduit directement à quitter le groupe Korn. Il annonce publiquement qu’ il a choisi de suivre Dieu et souhaite poursuivre sa carrière musicale selon cette nouvelle orientation.Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Si je vous ai oublié dans vos racines terrestres, laissez-moi un commentaire je vous trouverais le morceau que vous aimeriez revivre de vos Noël

identitaire pour peu qu’ils aient une relation avec Jesus

2008 01 28

Emotions, essence de vie – Recueil de poésie écrit par Lunessences aux Editions Chloé des Lys – [Ainsi que le clip de Father chanté par Helène Ségara - 6'02"] et [documentaires sur le Tigre - Un premier de 2'51" emplies de symbolisme, suivi d'un second de 6'53" d'une réelle émotion] terminé par Nigthtwish et Lacrimosa dans deep silence complete – 4’03 » – +=+ Lacrimosa dans Alleine zu zweit – 3’28

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 20:47

Essence de lune aquatique

Lunessences

*

 C’est en corrélation avec celui du soleil que se manifeste le symbolisme de la lune. Ses deux caractères les plus fondamentaux dérivent, d’une part, de ce que la lune est privée de lumière propre et n’est qu’un reflet de soleil  ; d’autre part, de ce qu’elle traverse des phases différentes et change de forme. C’est pourquoi elle symbolise la dépendance et le principe féminin (sauf exception), ainsi que la périodicité et le renouvellement.

A ce double titre, elle est symbole de transformation et de croissance.

*

Voici, je viens avec un plaisir immense vous emmener sur les pas d’un univers aux sens de Lunessences, à la découverte de ses contraires et de l’amour qu’elle a des mots dans tous ses quotidiens de vie et de pensée.

ganeshabreizh

***

http://www.dailymotion.com/video/x2jjon

Father – Hélène Ségara – 4’11 »

 

*

 

 Mon père,

Ses joues ravagées de sillons profonds, sa peau couleur terre aride, le nez bosselé et courbé comme le bec d’un aigle laissant échapper des narines évasées, la bouche aux lèvres charnues dessinant encore aujourd’hui le même sourire accueillant depuis tant d’années, m’attendrissent.
Ses sourcils broussailleux gris maintenant abritent encore l’éclat d’acier de ses yeux, qui n’ont rien perdu de leur douceur malgré le temps.

Ce paysage vieilli, couleur sépia, si cher à mon cœur d’enfant me sourit, à moi, l’adulte écervelée et nomade, oubliant les peurs et les déceptions infligées.
Ce cœur, d’amour rempli, me regarde tendrement par delà les épreuves et le temps, m’aime comme avant, il abreuve de bonté et de douceur l’enfant qu’il reconnaît et a toujours aimé.

Une perle de pluie naît au coin de ses yeux d’océan tourmenté, elle raconte le bonheur passé, elle raconte l’amour donné et reçu, les heures passées à bercer l’enfant qui a grandi, comme l’espérance de pouvoir le gourmander longtemps, gentiment.
Son discours est plus lent et sa voix moins tonnante, qu’importe, il est là, devant l’entrée, il m’attend et ses bras sont aussi chauds et accueillants que dans mes souvenirs.
Je n’espère plus, je vis.
Je l’aime, le sait-il ?

                                                    Lunessences

(10/05/2004)

*

Emotions, essence de vie - Recueil de poésie écrit par Lunessences édité par les Editions Chloé des Lys (1ère et 4ème de couverture) 

*

interview effectué par Aragorn du Forum Ames-Poétiques:

Cela faisait un moment que je voulais une interview de Lunessences, à force de persévérence j’ai enfin réussis à la décider…Et pour rien vous cachez je ne suis pas déçus…Vous trouverez quelqu’un qui à vécu avec un oeil réfléchit sur ce qu’est la vie, ce qu’on doit d’en faire…Une personne qui garde un peu de son jardin secret…Quelqu’un de bien vous allez voir.

Pour commencer Lune, le résumé du film de ta vie c’est quoi?
Une adolescence qui ne dérogea pas aux règles de la majorité des jeunes,
quelques petites bêtises au collège et au lycée, une ambition démesurée
qui a fait un saut de 10 étages quand j’ai compris certaines réalités
de la vie. Des études donc interrompues mais aujourd’hui sans regret.
Maman de bonne heure, vivre en liberté devinrent mes objectifs. Très
maman poule j’ai appliqué la loi des femelles sauvages, protection et
prévention pour ma progéniture en leur apprenant très tôt à être
indépendant. Aujourd’hui mes enfants ont respectivement 27 et 23 ans,
et j’avoue qu’ils ont bien profité des enseignements de la vie.

Lunessences au quotidien, c’est qui, c’est quoi, c’est comment?
Lunessences (je vais me là jouer à la Delon) est une « chieuse », exigeante envers elle-même et envers les autres. C’est une femme parfois, une
insatisfaite tout le temps. Lunessences c’est terrible, car tellement
simple pourtant….

Une personne qui a marqué ton enfance?
Sans réfléchir : mon père.

Et à quoi rêvait Lunessences petite fille?
Je rêvais d’être une fée ou un avocat.

Ta scolarité et toi? C’était haine, amour, long fleuve tranquille…
J’ai toujours adoré l’école, apprendre, connaître, tout comprendre sauf les maths (j’ai horreur de ça !). Beaucoup de plaisirs dans ma scolarité, mais elle fût sabordée par l’envie d’indépendance et de liberté que j’éprouvais, donc j’ai stoppé très tôt mes études. Fini le long fleuve tranquille !

Te souviens-tu du jour où tu as franchis l’âge adulte?
Je m’en souviens parfaitement puisque c’était le 25 août 1980.

Pourquoi cette date, pourquoi le 25 Août 1980?
Date de naissance de ma fille.

La vie pour toi au jour le jour c’est plutôt? La vie en rose, I will survivre, je t’aime, Staying alive ou je marche seul…
Je pense un peu comme tout le monde, un jour avec, un jour sans. J’essaye
en général de me donner toutes les chances ou tous les outils pour
vivre le mieux possible, et pour cela c’est : « the eye of the tiger ».
Il y a des risques à vivre de cette façon là, en particulier d’apprécier la solitude.

Qu’est ce qu’il te fait avancer dans la vie?
Mes objectifs me font avancer, uniquement. Si je n’ai plus de projets je meurs.

Et avec le temps qu’as-tu perdu?
Ma confiance envers l’autre et ma fraîcheur.

Lunessences au quotidien c’est plutôt la passion ou bien la raison?
La passion nous fait sentir la vie battre en nous, vivifiante, elle est son expression extrême. La raison je n’en ai pas.

Une couleur qui te définirait le mieux?
En rouge et noir, mais j’adore le rose fuschia.

Et puis trois de tes qualités et trois de tes défauts?
Exigeante-autoritaire-méfiante-prudente- paradoxalement naïve et enfantine.

Un choix un seul, chocolat, cigarette, alcool ou amour?
Un choix cornélien, un peu d’Absinthe parfois, mais toujours un bout de chocolat et une cigarette après l’amour.

Et bien oui, cela serait trop facile sinon…Une question d’ordre plus générale maintenant tu es plutôt Tv, radio, livre?
Les trois : La télé pour les films,
La radio pour la musique,
Les livres, pour l’enseignement et la mémoire de l’humanité.

Tu invites trois personnalités actuellement dans l’actualité à manger chez toi, tu choisis qui?
Un spécialiste dans le droit au travail,
Un dans la défense des Droits de l’homme,
Et Casanova.

Al Gore frappe à ta porte, c’est quoi ta réaction?
Dehors ! Va signer le protocole de Kyoto, on verra après, hypocrite et menteur !

Attention Al Gore c’est un prix Nobel…En parlant de prix Nobel Je t’en offre un, lequel choisis-tu?
Prix Nobel : Aucun, ils ne servent à rien sauf aux buts mercantiles et publicitaires.

Qu’aimerais-tu inventer?
La société a pour valeur majeure le profit à tout prix, donc je souhaiterais
réinventer l’altruisme, surtout pour en droguer les Etats-Unis.

Le destin, fiction ou réalité?
Destin espéré ou voulu, on se le donne, le hasard n’existe pas. Il faut du
courage et beaucoup d’amour de soi pour se le forger, hélas, j’en ai
manqué.

Un regret, un seul et unique?
Ne pas avoir compris et accepter plus tôt que l’on a la vie que l’on se donne.

Une épitaphe?
Ne gît pas ici ! ou alors « oh non pas encore !! »

Merci beaucoup Lunessences de t’être ouvert à nous de cette façon, une bien jolie interview il est vrai…On va t’adorer encore plus maintenant…  

Aragorn

*

Lien de l’interview pour suivre les commentaires sur le forum:
http://amespoetique.niceboard.com

*

 La notion de tigre interviens dans l’Être Lunessence aussi dois-je l’évoquer.

Le tigre évoque, d’une manière générale, les idées de puissance et de férocité ; ce qui ne comporte pas que des signes négatifs. C’est un animal chasseur, et en celà un symbole de la caste guerrière. Dans la géomancie comme dans l’alchimie chinoise, le tigre s’oppose au dragon ; mais s’ il est , dans le premier cas, un symbole malfaisant, il figure dsans le second un principe actif, l’énergie, par opposition au principe humide et passif, le plomb opposé au mercure, le souffle au semen.

Les cinq tigres, symboles desforces protectrices, sont les gardiens des quatre points cardinaux et du centre. On donne d’ailleurs à pluseurs reprise, dans l’histoire et la légende chinoise, l’appellation de cinq tigres (wou ho) à des groupes de guerriers valeureux, protecteurs de l ‘empire. L’apparition d’un tigre blanc est un signe de la vertu royale. Le tigre est plus spécialement un animal du Nord, du solstice d’hiver, où il dévore les influences maléfiques. S’il est parfois la monture d’un Immortel, c’est qu’il est doué lui-même de longévité. Sa force symbolise encore, dans le Bouddhisme, celle de la foi, de l’effort spirituel, traversant la jungle des péchés, elle même figurée par une forêt de bambous….

*

 

Image de prévisualisation YouTube

[C’est tout simplement génial pour qui sait se transposer dans lesymbolisme du Tigre
Belle réalisation.
amicalement
ganeshabreizh
]

 

*

Monstre de l’obscurité et de la nouvelle lune, il est ausi une des figures du monde supérieure, le monde de la vie et  de la lumière naissante. On le voit souvent reproduis laissant échapper de sa gueule  l’être humain, représenté par un enfant. Il es t l’ancêtre su clan, assimilé  à la lune renaissante : la lumière qui revient (Carl Hentze dans Mythes et symboles lunaires, Anvers, 1932 et Mircea Eliade dans Traité d’histoire des religions, Paris, 1949, nouvelle édition, 1964).

…….

 

http://www.dailymotion.com/video/xbohl

 

*

Sur le banc du destin

Autre texte pour vous permettre de sentir la necessité qu’il y a  à lire son expression poétique:

Destin…

 

Assise sur un banc, dans cette ville de bruits inutiles,
 j’ai lancé un pont d’espoir et de douleur
 vers des souvenirs qui usent mon cœur.
Images d’odeurs qui font pleurer mes yeux au bord de ta fenêtre.

J’attends, j’attends ma vie depuis que tu es parti, faiblesse d’une femme au cœur tari,
fêlure d’une existence longue de mélancolie.
J’attends… Un rire, une voix, un signe qui jamais ne viendra.
Ame torturée qui ne sais plus vivre,
Cœur aride qui ne peut que survivre…Je suis.

Aujourd’hui, plus jamais ne serai ce que tu as connu, le temps a fait son œuvre, doucement sans bruit s’en est allé… Et s’est perdu.
Assise sur un banc, je regarde ma vie,
ressac éternel pour une erreur commise, un amour interdit
prière indécente pour un amour sacrilège voire libertin
d’un ange et d’une catin.

 

                                                               05/08/2006     

                                        Lunessences 
Copyright SGDL 2006
Tous droits réservés   

 

*

http://www.dailymotion.com/video/x1b84o

 

Nightswish et Lacrimosa – Deep silence complete – 4’03″

*

 

                            Ainsi en musique Lunessences vous dit au revoir et à bientôt sur la terres de sa poésie pour un nouveau partage qu’elle commence immédiatement par un dernier texte :

   Ecorchée vive

Il vit haut perché, là où la lune est née, cet homme froid que j’ai touché, hostile et glacial à tout ce qui n’était pas nous.

Je l’ai aimé pour sa beauté d’âme, et j’ai succombé sous le joug de sa chair.
Seigneur de mes nuits je l’ai baptisé et ma peau suinte encore ses caresses et nos ébats.
Il est ce que je suis et ce que je serai,
il est l’homme de toutes les nuits,
il est l’ivresse jusqu’à plus soif,
il est douleur d’aimer,
il est l’esprit fait homme, l’enfant au creux de mon ventre…

L’envie de son corps, de sa peau, ne se tait ni jour, ni nuit,
le désir de gémir sous ses étreintes me tenaille,
écorche ma chair…encore.
la folie me guette, l’odeur de son intimité affole mes sens.

Ange féroce et doux qui m’avez appris cette amoureuse rage, ne soyez plus aveugle et sourd à la luxure de mes suppliques !!
Mais le temps passe et l’automne de ma vie ôte déjà les agréments de ma chair.

                                                                                    Lunessences

                                                                             27/03/2004 

*

Tiger moon, la lune du tigre  

*

Lunessences par sa Lune du

Tigre salue en vous toutes vos parts de

Soleil et de Lune, elles sont autant de

parts de masculin et de féminin qui

l’habitent.

*

Ainsi le fun de la poésie s’accomplit dans un ultime partage en recherche fusionnelle d’échange avec:

 Lacrimosa – Allaine zu zweit – 3’28 »

*

http://www.dailymotion.com/video/x3rp1

*

 

Je n’ai vraiment pas envie de vous quitter alors retrouvons-nous sur toutes les pages des « Grenier Des Mots-Reflet » aussi souvent que vous  voudrez partager ; c’est gràce  à vous qu’ils existent au singulier de leurs pluriels.
ganeshabreizh-esotcelt-cherchant-kegineryann-yannesoganesh

*

A fleur de peau lunaire et solaire

 

                           

2007 10 5

Par des Mots d’errance » aux Editions Chloé Des Lys par Delphine Bouneb plus connue sous le nom de Sahel – Photopoème : Les Damnées – Composé par Sahel

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 10:05

Sahel - Delphine BounebSahel desertSahel - Delphine Bouneb

*

Les damnées par Sahel

Pour vous permettre de découvrir d’autres textes de Sahel, voici deux liens qui vous y conduiront  

[Une fois sur le site  mentionnez le nom :  Sahel  -  (dans la cadre Rechercher du site , colonne de droite.)]

http://nouvelle-poesie.com/

et

(et dans le cadre Rechercher de la colonne de gauche du forum.)

http://auxmotspassant.boardsmessage.com/ 

*

 

Quelques mots à propos de Sahel  Quelques mots à propos de Sahel,

  Influence : Des Artistes De La Toile, Miossec, Musset ·                               ·                             

 Présentation : Jeune Saint-Priote, par rencontre de coeur, de tout juste 20 ans, cette ville m’a permis de m’épanouir et de vaincre ma grande timidité que les mots oseront plus avouer que la voix. Cela pourrait expliquer une première apparence hermétique de mes textes, mais j’avoue que quelque part, j’ai espoir que le lecteur, seul souverain, y trouvera ce qu’il ne cherchait pas plus que ce que je n’y mettrai.Il me demeure en vérité que le vers, par subtile caprice, parle à celui qui le suit, d’un chemin inconnu même de l’auteur..En Mars 2007, à la naissance de mon fils, « Par des Mots d’errance » mon tout premier recueil est édité aux Editions Chloé Des Lys. 

*

Pour découvrir le livre, je préfèrerai modestement citer le mail
d’encouragement qu’elle a pu recevoir de l’un de ses premiers lecteurs : « 

« … j’ai adoré …mais je n’ai pas tout compris » !

*

Un univers où, plonger dans l’obscurité une étincelle, racontera toujours au

lecteur, bien plus que n’y mettra même le plus grand des auteurs. Il
appartiendra à vous de le découvrir .

Il me demeure en vérité que le vers, par subtile caprice, parle à celui qui
le suit, d’un chemin inconnu même de l’auteur.

    A l’exemple de « Réminiscences », j’ai emprunté à l’obscurité plus qu’au
pessimisme, le ton d’une
confidence en tentant l’esquisse d’un tableau à la manière d’un peintre
déchiré par les couleurs de
notre époque où chaque jour se déverse dans la torpeur générale la
vulgarisation des larmes des
victimes et les silences assourdissants des innocents.

J’ai posé en ce recueil, en modeste pinceaux de vers, plus qu’une
interrogation et plus que nos énièmes dénonciations, l’appel en chacun de ne

pas
oublier que nul ne peut éteindre la dernière étincelle, celle qui scintille
tant que tout n’est plus
qu’obscurité. Aussi, inspirée des mots du Poète espagnol, Gerardo Diego,
« créer ce que jamais nous ne verrons, c’est cela la ¨Poésie », j’ai voulu
isoler un vers au sein de chaque poème entre humeurs torrentielles et
horizons affamés, pour le murmure d’un espoir.

« Par des mots d’errance » est un tout premier recueil de 23 Poèmes. Mon
objectif ? Faire découvrir aux lecteurs que même les plus jeunes d’entre
nous ont des choses à dire, quel qu’en soit la forme, quel qu’en soit le
poids. Comment peuvent-ils dire que tous écrivent et peu lisent?  Sans
prétention, par ce livre et ce pas vers

le lecteur, je n’ai qu’une demande à celui-ci, qui parcourt ses mots, s’il
vous plait, sortez et
recherchez un jeune auteur inconnu, au premier livre, le premier que vous
trouverez.
Montrez-lui, qu’ici ses vers bien que non issus d’un nom célèbre, n’ont pas
été vains.

    Alors, et seulement, si des jeunes auteurs ne sont pas oubliés, je me
dirai que j’aurai su vous
parler de ce qu’est ma plume. C’est cela pour moi, « Par des Mots d’errance ».

Delphine BOUNEB
 

*

 

Couverture du Recueil de Poésies écrites par Delphine Bouneb : Par des Mots d'errance.

Par des Mots d’errance » aux Editions Chloé Des Lys.

En Mars 2007 est sort imon tout premier recueil de Poésie,

23 textes inédits aux éditions Chloé Des Lys,

par BOUNEB Delphine alias Sahel sur la toile.

 Pour l’obtenir, envoyez un mail à : chloe.deslys@scarlet.be M

Merci à tous Mes amitiés, Sahel.

*

Voici quelques liens pour en savoir plus sur cette poétesse :

http://chloedeslysblog.canalblog.com/archives/2007/04/24/4724996.html

http://text.sfrjeunestalents.fr/artiste/Sahel/

http://www.litterature.tv/article.php3?id_article=375&titre=Par-des-mots-d-errance

*

Sahel desert

2007 08 21

La vie spirituelle : Qu’est-ce que le Soufisme nommé aussi Taçàwuf (taçàwuff) ?

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 17:08

Jalal ud din Rumi (Mevlana) - Soufi

*

La mystique dans l’Islam ancien et moderne

 

Dans l’Islam, aussi bien dogmatique qu’agissant, le soufisme apporta des développements à la fois spirituels et réalistes aux conceptions et aux actes des croyants.

Qu’est-ce donc que le Soufisme, peu connu en occident et souvent mal connu par ceux même qui le citent ?

 

On a voulu rapprocher le terme « soufi » du grec « saphos » (sage) et aussi de l’arabe « çouf » (laine). Le soufi serait le sage habillé de laine. Le Soufisme apparut tout d’abord en Iran et fut une réaction des mystiques, locale, contre le déterminisme fataliste du dogme coranique, lequel selon Nicholson (The mystic of Islam, London, 1914), refusa à l’origine d’intégrer la tendance mystique de l’âme humaine.

Le soufisme fut ensuite une réaction des aspirations du terroir local contre l’arabisme.

 Soufi lisant

*

Une réaction contre le fatalisme

 

Islam veut dire en arabe : soumission, soumission à Dieu, et la simplicité de la religion originelle lui valut son succès en Asie et en Afrique. Quand les compagnons guerriers du Prophète Mahomet ouvrirent l’ère des conquêtes et de la prédication, ce dogmatisme fataliste ne pouvait satisfaire la vieille civilisation iranienne. Elle accepte le Coran e l’adaptant : le Soufisme, tout en se disant intégralement islamique, fut une manifestation, une résurgence du « libre-arbitre » contre le pur fatalisme.

Le Coran donne non seulement le fait religieux mais il impose encore un code civil, ce que Jésus n’a jamais voulu réaliser. Les Hadiths fournissent les appréciations des rites officiels sur les obscurités du Coran. L’ensemble donne aux musulmans une loi  à laquelle ils doivent se soumettre.

Si le Christianisme veut élever l’homme vers Dieu, l’Islam fait descendre l’autorité de Dieu vers sur les hommes.

La pensée sémitique arabe pouvait s’en satisfaire, mais, chez les peuples conquis par l’Islam arabe, il se produisit une sorte de réaction mystique, accompagnant les réactions du terroir, en même temps qu’un essai d’adaptation des coutumes et traditions locales à la loi nouvelle des conquérants, une tentative de présentation de civilisations anciennes plus évoluées,  ayant déjà atteint les plus hautes cimes de la pensée.

A ces forces extérieures à l’Islam se joignaient des forces internes existant dans la religion elle-même : ces dernières poussaient certains fidèles à vouloir déplacer les  simples manifestations rituelles afin de parvenir à une exaltation mystique, personnelle ou de groupe,  permettant la fusion avec l’intuition divine.

 Soufisme - Relation Maître - élève

*

Un idéal d’immobilité

 

Vers l’an 700, une femme nommée Rabia, introduisit le monachisme dans l’Islam par le Soufisme.

Le soufisme est l’aboutissement certain des pensées indo-iraniennes, néo-platoniciennes, chrétiennes.

Il met d’abord l’accent sur un état d’âme, sur un élan spirituel, une intuition mystique. Son idéal consiste à tendre vers une immobilité complète de l’âme, laquelle permet à l’initié de trouver en son propre coeur la présence divine, ce qui entraîne une indifférence presque absolue à l’égard du monde extérieur, il ne s’agit cependant pas d’un détachement semblable à celui du Bouddhisme, ou de la méditation philosophique d’un stoïcien, et encore moins de la prière ardente du chrétien.

Le soufisme en arrive à un véritable envoûtement déterminant l’ascétisme, ou alors à une sorte d’exaltation groupale, comme celle des Aïssouas ou celle des Derviches Tourneurs. Le but du Soufisme ou « Tassouaouof », est de placer dans la conscience de l’homme l’esprit caché de la loi en accord avec la Lettre et de parvenir ainsi, par des pratiques pieuses ( très souvent par la répétition continue, mentalement ou à haute voix, avec la répétition de gestes fixés par un long usage, de certaines parties du Coran, ou des litanies), a un état de pureté morale ou de spiritualisme tel que l’on puisse voir Dieu face à face et sans voiles, enfin de s’unir à lui. L’anéantissement de l’individu en Dieu est la récompense promise ; le monde n’est qu’illusion ; tous les efforts de l’homme doivent tendre vers l’extase suprême qui est l’union avec Dieu.

*

Jusqu’à la complète exaltation

 

En tant qu’héritiers en quelque sorte des pensées anciennes, plusieurs soufis se réfugièrent en ascète dans le désert, tout comme le firent certains mystiques chrétiens.

L’ascétisme est la voie de la communion avec Dieu. Les extases successives préparent le croyant à s’unir avec Lui par l’amour.

Les idées spéculatives des soufis vont ainsi jusqu’à la complète exaltation. Ils admirent Dieu en tout, et admettent même que les objets animés  ou inanimés doivent être considérés comme représentant une part de l’action divine. De là sans doute provient le maintien, souvent constat, du culte des arbres, des sources, etc.

L’animisme s’est ainsi conservé dans l’Islam. Il n’existe qu’un être réel : Dieu, lequel se manifeste sous une multitude de formes à l’esprit humain, fraction de l’essence divine. Alors, peu importe les rites, il suffit que la pensée humaine s’exalte vers la contemplation de Dieu.

C’est ainsi que le soufisme, subissant la résurgence des antiques pensées, finit par représenter la Pensée libre au sein de l’Islamisme.

Il en résulta une déformation sensible de la conception religieuse primitive.

Les ascètes, les moines, furent peu à peu remplacés par des individus appelés Derviches, Walès, qui, dans leur vie errante, montraient aux masses la pratique d’exercices, qui, à l’origine, devaient servir à déterminer l’extase, mais devinrent peu à peu un véritable ritualisme dans lequel l’imagination avait chassé la raison. Et ce furent les Derviches tourneurs, hurleurs, etc.

 Soufisme - Derviches tourneurs

*

Soufisme-Derviches hurleur en Turquie-http://imagesofasia.com

 

*

L’extension vers l’Afrique

 

Toutefois certains ascètes d’envergure devinrent les chefs d’école mystiques, les fondateurs de véritables ordres religieux, de plus en plus révérés par les tribus et écoutés sur le plan éducatif religieux et sur le plan réaliste politique. Les chefs mystiques eurent leurs sanctuaires, la « zaouïa » (coin, angle), lieu de refuge en même temps que de prière. Chaque communauté finit par avoir sa « zaouïa ».

Ainsi, le pur Soufisme, qui, sans toucher au dogme, voulut introduire le libre arbitre dans l’Islam, eut comme aboutissement pratique l’apparition de véritables ordres religieux, de congrégations, dans lesquels le spirituel ne suffit plus et qui recherchent l’autorité dans le temporel ; le chef de l’école mystique, le chef de la « zaouïa », représentait le pouvoir absolu. C’est pourquoi, d’ailleurs les oulémas (ulémas, ouleinas) puristes condamnent souvent ces congrégations, ces confréries, comme étant devenues un élément dissolvant de l’unité islamique.

 

Soufisme-Abd Ar-Rahîm Al-Bura'Î - 1923-2005 (Soudan)

Même dans ces aboutissements réalistes, le Soufisme a une action mystique indéniable. Ceux qui veulent connaître réellement le monde islamique, et surtout le comprendre, doivent étudier de très près  les divers aspects du Soufisme. Cela est d’autant plus exact que, de nos jours, parmi les jeunes musulmans évolués, il existe au moins deux mouvements : les uns oublient, pour un moment tout au moins, le dogme et les rites, pour accéder à un rationalisme areligieux, les autres veulent dépasser le rigorisme dogmatique et rituel pour parvenir à une forme supérieure de la foi ; ces derniers se disent être des soufis. Ce nouvel aspect apparaît nettement chez de nombreux jeunes Africains noirs, et c’est là, sans doute, un signe des temps.

*

El Hadj Ibrahima Niasse - Ordre soufi Tidjani 

*

md - soufi

*

Hazrat Inayat Khan - Soufi indien - 1882 à 1927

 

 

Sheikg Hassan Dyck - Conteur de la Sagesse SoufieChants d'Amour SoufiOpéra Soufi - HadraFaouzi Skali (soufi)

Calligraphie soufie Live 2 – Kaalam – 1’54

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 17:00

Image de prévisualisation YouTube

2007 08 7

A propos de ce Blog -Cancer (entre autres) « La maladie est l’effort que fait la nature pour guérir l’homme. Elle renferme l’or véritable qu’il n’a trouvé ailleurs. Tout ce qui n’arrive pas à la conscience revient sous forme de destinée (C.G.JUNG)

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 13:31

Bienvenue, Bonjour  (en breton)

*  *

 

 

Depuis  que le Volume II du GRENIER des MOTS -REFLETS a été créé, les deux greniers sont alimentés régulièrement.

Ils évoluent de concert

Toutes les photos qui ornent les GRENIERs, afin de souligner le symbolisme latent dans les textes qui vous sont proposés, sont le résultat de mon furetage sur Internet. Il se peut qu’un copyright existe pour certaines d’entre elles, dans ce cas , si leur propriétaire considère qu’elles ne doivent pas être ainsi utilisées, ou pour toute autre raison, un simple mot de leur part et je les retirerais immédiatement.

Avec ou sans commentaires ses blogs vivront et, qui sait, se verront les premiers maillons d’une chaîne de Volume des MOTS-REFLETS.

Néanmoins, chères visiteuses, chers visiteurs, tout mots d’encouragement de votre part sera le bienvenu et me donnera encore plus de coeur à l’ouvrage.

Vous pouvez apporter toutes les contradictions que vous voulez, même me faire des suggestions, tout commentaire recevra une réponse dans la mesure où il en demande un. Ici aucune censure n’est exercée si ce n’est à l’encontre de  propos délibérément immoraux, indécents, racistes, ou venant à l’encontre des Droits de l’homme.

Si vous ne voulez pas laisser de commentaire qui serait donc susceptible d’être lu par tous, vous pouvez prendre contact avec moi à l’adresse suivante : ganeshabreizh@yahoo.fr

Il me reste à vous souhaiter un bon voyage dans mes pages en espérant que les MOTS-REFLETS qui les animent réveillent en chacun le goût de la découverte au gré des émotions ressenties.

Que les bonnes vibrations vous accompagnent et vous libèrent de vos liens.

*

ganeshabreizh

* *          *          *

*

*             *
[Vivre est conscience de créer]

*

Une chandelle de lumière pour aider dans la lutte avec le Cancer

*

« La maladie est l’effort que fait la nature pour guérir l’homme. Elle renferme l’or véritable qu’il n’a trouvé ailleurs. Tout ce qui n’arrive pas à la conscience revient sous forme de destinée (.C.G.JUNG)

CHANDELLE POUR LE CANCER
> > Tout ce qui est demandé c’est de garder cette flamme en circulation.
> > Même si ce n’est qu’une une seule personne de plus.
> > Faites-le au nom d’un être cher qui a succombé au cancer> >
> >
> > Une chandelle ne perd rien lorsqu’elle sert à en allumer une autre.
> > S’il vous plait, garder la flamme vivante!> >

Guérison

*

Blog AlexPtitePomme
Elle est l’ange de soutien de ces anges souffrants…C’est un blog de soutien,pour les familles d’enfants malades.Ici se trouve la photo, les liens vers les blogs de ces anges,allez leur faire un gros bisoux,laissez leur votre soutien,quelques mots simple 

http://ptitepomme668.skyrock.com/ 

*

http://www.dailymotion.com/video/x3acpf

 

Court métrage de Xavier Giannoli, sur un scénario des collégiens de l’ESTIC de Saint Dizier pour le concours Regards d’Espoir sur le Cancer.Une histoire vraisemblable, porteuse d’espoir et sans misérabilisme, capable de faire évoluer le regard que nous portons sur les personnes atteintes du cancer.http://www.regards-espoir.com/ 

 

 

*

libstat : mesure audience pour site web
Annuaire, litterature, sites classés

*

Image de prévisualisation YouTube

Within Temptation – In perfect harmony – 7 ’01

Lyrics (paroles)

*

In a world so far away
At the end of a closing day
A little child was born and raised
Deep in the forest on a hidden place
Mother never saw his face

Ancient spirits of the forest
Made him king of elves and trees
He was the only human being
Who lived in harmony
In perfect harmony

The woods protected, fulfillled his needs
Fruit by birds, honey by bees
He found shelter under trees
He grew up in their company
They became his family

A thousand seasons
They passed him by
So many times, have said goodbye
And when the spirits called out his name
To join forever, forever to stay
A forest spirit he became

 

*La pensée est la porte vers l'espace, l'imagination est la porte vers l'infini

2007 04 27

Consolation à Marcia – VII – VIII – IX – Seneque (mort dans le monde animal-entretien de la souffrance-inégalité des êtres devant la mort-Fait de la Nature-Anticipation)

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 12:04

 

Sénèque  ( Seneca)

*

VII

*

1 – « Mais, diras-tu, il est conforme à la Nature de regretter d’avoir perdu les siens. »

Qui dit le contraire, aussi longtemps que ce regret est mesuré ?

En effet, la séparation, et pas seulement la perte d’êtres très chers, fait inévitablement mal et elle serre les coeurs, même les plus endurcis. Mais il s’agit davantage des effets de notre imagination que des prescriptions de la Nature.

2 – Observe combien les animaux privés de parole manifestent, quand il perdent leurs petits, une douleur certes violente, mais brève : on entend seulement un jour ou deux le mugissement des vaches et la course errante et folle des cavales ne dure pas plus longtemps ; les bêtes sauvages, après avoir recherché les trace de leurs petits, après avoir erré dans les forêts, après être retournées à plusieurs reprises dans leurs tanières dévastées, étouffent leur fureur en peu de temps ; les oiseaux s’affolent à grands cris autour de leurs nids vides et pourtant, un instant suffit pour qu’ils reprennent tranquillement leur vol ; l’homme est le seul des animaux à regretter longuement d’avoir perdu son petit, il entretient sa souffrance et il n’en est pas seulement affecté aussi longtemps qu’il l’éprouve mais aussi longtemps qu’il a décidé de l’éprouver.

3 – Mais afin que tu saches qu’il n’est pas conforme à la Nature de se laisser briser par le chagrin, je te ferai d’abord remarquer qu’un même deuil brise plus profondément les femmes que les hommes, les Barbares que les gens appartenant à une nation pacifique et éduquée, les ignorants que les gens instruits.

Or ce qui tire ses effets de la Nature conserve des effets identiques chez tous les êtres : il est clair que ce qui varie n’est pas le fait de la Nature.

4 – Le feu brûlera indifféremment les gens de tous âges, les citoyens de toutes villes, les hommes comme les femmes ; le fer prouvera indifféremment sa capacité à trancher, quel que soit le corps. Pourquoi ?

Parce que ses propriétés leur ont été données par la Nature qui n’établit rien à l’échelle de l’individu.

Mais la pauvreté, le chagrin occasionné par le deuil, le mépris, chacun les éprouve diversement, selon qu’il est plus ou moins corrompu par les habitudes et selon que le rend plus ou moins faible et sans courage l’opinion terrifiante qu’il se fait des choses qui ne sont pas terrifiantes.

*

VIII

*

1 – Je te ferai ensuite remarquer que ce qui est le fait de la Nature ne décroit pas avec le temps, alors qu’à la longue,  la douleur finit par se dissiper. Même si elle est très têtue, que chaque jour, elle se redresse et se cabre contre tous les remèdes, le temps, qui réussit merveilleusement à calmer les natures fougueuses, finit tout de même par l’affaiblir.

2 – Certes, Marcia, ton chagrin demeure immense et il semble s’être déjà couvert de callosités : si il n’est plus virulent comme au début, il reste tenace et obstiné ; celà n’empêchera cependant pas le temps de t’en délivrer progressivement.

Chaque fois que tu t’occuperas aillleurs, ton esprit s’en affranchira un peu plus.

3 – Mais pour le moment, tu te surveilles ; or il y a une grande différence entre te laisser aller à te lamenter et t’y forcer.

Comme il conviendrait davantage à ta distinction naturelle de mettre toi-même un terme à ton deuil et de ne pas attendre le jour où ta douleur cessera malgré toi ! Prends l’initiative de la rupture !

*

IX

*

1 –  » D’où vient donc, me diras-tu, que nous nous obstinions tellement dans nos lamentations, si ce n’est pas la Nature qui nous y invite ? »

C’est que nous n’anticipons pas le malheur avant qu’il ne nous arrive et comme si nous étions nous-même protégés et que nous nous avancions sur une voie plus sûre que celle qu’empruntent les autres gens, nous ne comprenons pas, en voyant les infortunes d’autrui, qu’elles nous sont communes à tous.

2 - Tous ces cortèges funèbres qui longent notre demeure… et pourtant nous ne songeons pas à la mort ! Tous ces morts prématurés… et pourtant nous n’arrêtons pas de penser à la future toge de nos bébés, à leur service militaire et leur succession à l’héritage paternel !

Tous ces riches sur lesquels nous voyons tout à coup fondre la pauvreté… et pourtant il ne nous effleure jamais à l’esprit que nos biens, à nous aussi, sont tout aussi peu en sûreté !

De cette manière, nous courons d’autant plus inévitablement à la catastrophe : les coups nous atteignent comme par surprise, tandis que des coups prévus longtemps à l’avance arrivent plus en douceur.

3 – Tu veux que je te dise que tu es exposée à tous les coups mais que les traits qui ont transpercé les autres n’ont fait que t’effleurer de leurs vibrations ?

Mais c’est comme si tu abordais à moitié armée une muraille ou un lieu gardé par une nombreuse armée et difficile à escalader : attends-toi à une blessure et considère que ces projectiles qui volent au-dessus de ta tête, accompagnés de flèches et de javelots, visaient ton corps. Chaque fois que quelqu’un tombera à tes côtés ou dans ton dos, écrie-toi : « Tu ne me tromperas pas, Fortune, et si tu m’écrases, ce ne sera pas parce que je ne me méfiais pas ou que je ne faisais pas attention. Je sais ce que tu prépares ; c’est quelqu’un d’autre que tu as frappé mais c’est moi que tu visais. »

4- Qui a jamais regardé ses biens en pensant qu’il allait mourir ?

Qui d’entre-nous à jamais osé songer à l’exil, à la pauvreté, au deuil ?

Qui, si on lui conseillait d’y songer, ne repousserait un tel conseil comme un sinistre présage et ne souhaiterait envoyer ces catastrophes sur la tête de ses ennemis ou même sur son inopportun donneur de leçons ?

 

5 – « Je n’ai pas cru que cela arriverait. »

Crois-tu vraiment qu’une chose dont tu sais qu’elle peut se produire, dont tu vois qu’elle s’est produite pour beaucoup de gens, n’arrivera pas ?

Quel remarquable vers que celui-ci et comme il aurait mérité autre chose que les tréteaux :

« Ce qui peut arriver à un individu, peut arriver à n’importe qui » ! (vers de Publilius Syrus, mime célèbre pour ses maximes.)

Tel a perdu ses enfants ; toi aussi tu peux les perdre. Tel a été condamné ; ton innocence, elle aussi, est menacée. Telle est l’illusion qui nous trompe et nous ramollit quand nous subissons des malheurs dont nous n’avions jamais prévu que nous aurions à les subir. On ôte un peu de leur violence aux maux présents quand on les a vus venir.

*

 

La mort de Sénèque  ( détail) par Paul Rubens

2007 04 26

Consolation à Marcia – IV – V – VI – Sénèque [Malheur-Mort-Perte d'être-Souffrance-Douleur]

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 14:32

Sénèque (Seneca)

*

 

IV

 

 

*

1 – Je ne t’entraînerai pas non plus dans les recommandations trop sévères, comme de supporter d’une façon inhumaine des malheurs qui frappent les êtres humains ou comme sécher tes larmes de mère le jour même de l’enterrement. Je vais me soumettre en même temps que toi à un arbitrage ; la questin débattue entre nous de savoir s’il vaut mieux qu’une souffrance soit profonde ou perpétuelle.

Je ne doute pas de tes préférences pour l’exemple de Julia Augusta (c’est le nom que Livia reçut à la mort d’Auguste), dont tu fus très proche ; c’est elle qui t’invite à prendre part à ses délibérations.

 

2 – Dans la prime ardeur de la douleur, quand le malheur rend particulièrement impulsif et agressif, elle permit à Areus, le philosophe attitré de son époux, de venir la voir et elle reconnut qu’elle y trouva un grand réconfort, plus qu’en le peuple romain auquel elle ne voulait pas communiquer son chagrin, plus qu’en Auguste qui titubait depuis qu’il avait perdu l’un de ses deux appuis et qui n’avait pas besoin qu’on lui fasse porter le fardeau du chagrin des siens, plus qu’en son fils Tibère dont l’amour l’empêcha, lors de cette mort prématurée et pleurée par le monde entier, de sentir autre chose qu’une différence dans le nombre de ses enfants.

 

3 – Voici, à mon avis, comment il l’aborda, voici en quels termes il commença à s’adresser à cette femme si soucieuse de rester fidèle à sa réputation :

« Jusqu’à ce jour, Julia, et pour autant que je le sache, moi qui accompagne partout ton époux et qui connais non seulement ce que vous laisser voir en public mais aussi les mouvements plus secrets de vos coeurs, tu as veillé à ce qu’on ne puisse rien blâmer en toi.

 

4 – Et quelles que fussent les circonstances – graves ou banales- tu t’es appliquée à ne rien faire qui te fît souhaiter le pardon d’une opinion publique qui juge les princes en toute indépendance.

Et je ne connais rien de plus beaux pour des gens très haut placés que d’accorder souvent leur pardon sans jamais le solliciter de quiconque.

Tu dois donc dans la situation présente, rester fidèle à ta manière, autrement dit ne rien faire que tu souhaiterais ne pas avoir fait ou avoir fait autrement.

 

 

*

 

 

 

V

 

 

 

 

*

 

1 – « Ensuite je te prie et te supplie de ne pas opposer à tes amis une humeur difficile et intraitable. Tu ne dois pas ignorer, en effet, qu’aucun d’entre eux ne sait comment se comporter, s’il doit parler ou non de Drusus en ta présence, pris entre la peur d’offenser un si brillant  jeune homme en l’oubliant et celle de t’offenser en le nommant.

 

2 – Quand nous nous réunissons en ton absence, nous glorifions ses faits et dires avec toute l’admiration qui lui est due ; mais en ta présence, nous observons un profond silence à son sujet. Et ainsi tu te prives d’un plaisir extrême : entendre les louanges de ton fils, louanges que, je n’en doute pas un instant, tu ferais durer éternellement, fût-ce au péril de ta vie, si la possibilité t’en était donnée.

 

3 – Tolère donc, encourage même les conversations à son sujet et prête une oreille complaisante au nom et à la mémoire de ton fils ; et ne considère pas cela comme une épreuve, à l’instar de tous ces gens qui, en pareille circonstance, considèrent qu’entendre des paroles consolatrices est une part de leur malheur.

 

4 – Pour le moment, tu as pris le parti complètement opposé et, oubliant les bons côté de ta Fortune, tu n’en vois que les mauvais côtés : tu ne te retournes pas vers les moments agréables vécus avec ton fils lors de vos rencontres ni vers ses douces caresses d’enfant ni vers ses progrès d’écolier ; tu t’appesantis sur le dernier aspect des choses et comme si celui-ci n’était pas assez horrible en soi, tu fais tout ton possible pour en amplifier l’horreur.

 

5 – Non ! Je t’en supplie, ne convoite pas la gloire perverse entre toutes de donner l’image du malheur absolu !

Songe également qu’il n’y a pas de grandeur à se montrer courageux dans la prospérité, lorsque la vie suit son cours favorable ; une mer calme et un vent complaisant ne mettent pas non plus en valeur le savoir-faire du pilote, il faut que survienne une épreuve pour que se révèle son courage.

 

6 – Ne te laisse donc pas abattre, garde l’équilibre, reprends tes esprits dans tout ce vacarme et résiste à cette avalanche de coups qui s’est abattue sur toi. La Fortune ne déteste rien autant qu’un esprit qui garde son calme ».  Après quoi il lui montra celui de ces fils qui était en vie et il lui montra ses petits enfants issus de celui qu’elle avait perdu.

 

*

 

 

VI

 

 

*

1 – C’est dans ton cas, Marcia, qu’il s’agissait là, c’est à tes côtés qu’Areus est venu s’asseoir. Intervertis les rôles : c’est toi qu’il a cherché à consoler. Mais je veux bien croire, Marcia, qu’on t’ait arraché plus que n’a jamais perdu aucune mère – je ne cherche pas à t’apaiser ni à minimiser le malheur qui s’est abattu sur toi. Si les pleurs triomphent des rigueurs du destin, pleurons ensemble.

2 – Passons chacune de nos journées à gémir, consumons chacune de nos nuits dans l’affliction et l’insomnie ; déchirons-nous à pleines mains la poitrine, attaquons-nous même à notre visage et donnons libre cours à notre peine, quitte à ce qu’elle tourne à la cruauté.

Mais si aucune de ces bruyantes manifestations de deuil ne rappelle à la vie ce qui est mort, si aucune souffrance ne modifie le cours d’un destin immuable et fixé de toute éternité et si la mort retient ce qu’elle a emporté, que cesse une souffrance inutile.

3 – Contrôlons-nous donc et ne laissons pas cette force aveugle nous détourner de notre route ! Honte au pilote à qui les vagues ont arraché son gouvernail, qui a laissé les voiles flotter au gré des vents, qui a abandonné son bateau à la tempête ; gloire à celui, même en plein naufrage, que la mer a englouti tandis qu’il cherchait à redresser la barre !

*

 

Consolation par Györgi Giergl - www.cgfa.sunsite.dk

 

 

2006 10 7

Pour l’écoute différente sur une dimension subtile : Expression sur notre conscience universelle (pour une interrogation ouverte) 9’02 (video)

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 4:52

http://www.dailymotion.com/video/f76uaHRSgpRXNfDu6

 

*

Articles émanant de wikipedia :  

Chris Griscom 

From Wikipedia, the free encyclopedia 

Chris Griscom (born 3rd June, 1942) – is a healer, author and teacher and is considered by some to be a master of spirituality.[citation needed] Her « teachings » focus on fostering peace and exploring and expanding consciousness. They are aimed at opening the heart and emotions and are based on working with Divine Light and the Higher Self. They are non-dualistic and transcend traditional beliefs. Chris has written and published thirteen books and has traveled and taught widely; she has worked with thousands across the globe and her books have sold millions of copies.[citation needed] Her best known and widely-translated writings are Time is an Illusion, The Healing of Emotion and Ecstasy is a New Frequency

Biography :

 Chris Griscom

Chris Griscom was born Christina Johnston[1] on 3rd June 1942 in Los Angeles, California, USA. As a child, she traveled extensively with her father, an agricultural entomologist. This early immersion in nature is credited with awakening in her a deeper awareness of the interconnectedness of life and setting the stage for her life’s work. In 1962, Ms. Griscom volunteered for the Peace Corps and spent the following nine years working as a Peace Corps representative throughout South America. During this time, she began to experience the various spiritual realities that characterized the native cultures with which she was involved.  In El Salvador, through the direct experience of the monumental mortality rate around her, Chris awakened to an amplified awareness of life and death. Dealing with death on a daily basis, she learned that life does not end with death, nor does the spirit die with the body. These revelations laid the foundation for her now internationally recognized [citation needed] spiritual work at The Light Institute and The Nizhoni School for Global Consciousness. She returned to the United States of America in the early 1970s, married Richard Griscom and settled in Galisteo, New Mexico. She soon began studying massage and acupuncture and discovered the subtle energies of the body. Through this, she came upon what she calls the ‘Windows to the Sky’, “a powerful, ancient form of acupuncture which precipitates awareness of the higher octaves or dimensions of experience.” This led her to work with many, including Shirley MacLaine. Like thousands of others, Shirley credits her work with Chris as enabling her to connect with her deepest and richest abilities and knowledge.[citation needed] Building on this work, Ms. Griscom founded The Light Institute in 1985. It is now a world renowned spiritual center for multi-incarnational exploration and light healing. [citation needed] Seeing a need for soul-centered education, she founded the Nizhoni School in 1988. The school offered a standard academic curriculum combined with applied spirituality. Through this unique curriculum individuals of all ages from all over the world were taught to discover and access their inner wisdom and strength. In 2004, the Nizhoni School moved from on-site education to education through the media. It is now focused on the development of media programs with the purpose of reaching a greater global audience. While her reach has become global, Griscom continues to appear regularly on public access television in northern New Mexico, usually dressed in an all-white uniform with pointed shoulder pads. Ms. Griscom often appears to be floating, or blurred, answering questions from unseen Institute members.  Chris’ humanitarian services and contributions in holistic health and education have been twice recognized by The Indian Board of Alternative Medicines. In 1996, the Board awarded Ms. Griscom the Sewa Chakra Award for her work with AIDS patients. (Past recipients of the award include the late Mother Teresa and the Dalai Lama.) Ms. Griscom again traveled to Calcutta in 1999 to receive the Board’s Lifetime Achievement award and to form the International Board of Alternative Medicines. Ms. Griscom is a resident of New Mexico and a mother of six. She continues her work at The Light Institute and in giving international talks and seminars. Her published works include Psychogenetics: The Force of Heredity, Nizhoni: The Higher Self in Education and Quickenings: Meditations For The Millennium. Her recorded works include Knowings, The Creative Self, The Gift of Peace, Transcending Adversity, Parent/Child Relationships, and The Dance of Relationships

Teachings 

A key aspect of Chris Griscom’s teachings is the Higher Self. She describes it as “the spiritual vehicle, the power that changes and awakens the emotions. It is the megaphone of the soul.” Through the Higher Self one comes to realize he is brilliant, essential and possesses abilities he never imagined. One begins to use these talents not only to make life more fulfilling, she says, but to create a way of living and relating that is open and inclusive. This happens automatically, for, she teaches, as the individual starts to discover his true self, he begins to comprehend the powerful forces that not only effect him but all of mankind; one discovers how multi-faceted, rich and wondrous is he, the world and every being. Chris goes on to say that out of this larger way of seeing and being, one comes to experience ecstasy, “that exploding creative force when consciousness coalesces itself, the marriage of bliss and rapture. This is the sourcing, creative force of the universe, the Higher Self in action.”  Another important element of Chris Griscom’s « work » is accelerating the downfall of « you ». “This is a magnificent conscious expansion of the human race as a whole, “ she writes. “We, as a species, are making a pivotal leap of consciousness into oneness, a consciousness in which we dissolve the illusion of separation from the Divine.” Ms. Griscom teaches that, according to cosmic law, we must continually expand the expression of the Divine. This is why we have come into body. That we now have the great opportunity in our bodies to be the expression of Divinity, to further the expression of the Divine; and that we, as human beings, have the unique opportunity to do so from the position of the heart chakra“The human heart and the capacity to hold a sense of being, a point of light in the universe, expands in quantum leaps[,sic] the divine expression.” Chris teaches that we can learn to use our creative energy to activate the « heart chakra ». We can shift our consciousness from the lower chakras, which are solely concerned with survival and procreation, to the « heart chakra ». Once we learn to do this, we will move on to “the ever radiant (dimension) of life, where the heart is activated, where there is no separation, where there is a true merger with the Divine.” We will, she says, become the embodiment of the Divine force.[2] 

References 

  1. ^ Psychogenetics (2000), ISBN 0-9623696-7-5 
  2. ^ The Light Institute About the Light Institute Retrieved on June 6, 2007 

*

 

Rupert Sheldrake 

 

Rupert Sheldrake, Ph.D, born 28th June 1942, is a British biologist and author. Drawing on the work of French philosopher Henri Bergson to develop the theory of morphic resonance[1], which makes use of the older notion of morphogenetic fields, he has researched and written on topics such as animal and plant development and behaviour, telepathy, perception and metaphysics. He has a popular public following but some of his ideas are controversial.[2] [3] 

  •  
    •  

Biography:

Rupert Sheldrake

Sheldrake was born and grew up in Newark-on-Trent, Nottinghamshire, and was educated at Newark Preparatory School, Ranby House School [1] and Worksop College (as a Music Exhibitioner and Science Scholar) in the Midlands of the United Kingdom. His father was a conservationist and independent councillor from 1955-70, a polymath and much sought after lecturer on numerous subjects including music, church architecture and materia medica. 

Sheldrake studied biochemistry at the University of Cambridge, graduating with a double First Class honours degree. He held a fellowship and taught biology at Cambridge University (Clare College, [2] where he also studied natural sciences as an undergraduate and doctoral student), he was a Frank Knox fellow at Harvard and a Research Fellow of the Royal Society. He later went to Hyderabad, India, where he made major contributions to crop physiology improving the yield of a staple Indian food crop, pigeonpea. He also met and held discussions with philosopher J. Krishnamurti. For a year and a half he lived in the ashram of Bede Griffiths

He now lives in Hampstead, London. His wife, Jill Purce, is a music therapist and singing teacher. 

In September 2005, Sheldrake was appointed to the Perrott-Warwick Scholarship for psychical research and parapsychology, which is administered by Trinity College, Cambridge

A New Science of Life 

In 1981, Sheldrake trialed his hypothesis of formative causation in an article in New Scientist magazine. The piece was headlined: « Scientific proof that science has got it all wrong ». An editorial introduction said that, to modern science, an idea such as Sheldrake’s was « completely scatty », but justified its publication on the grounds that first, « Sheldrake is an excellent scientist; the proper, imaginative kind that in an earlier age discovered continents and mirrored the world in sonnets, » and secondly, « the science in his ideas is good… This does not mean that it is right but that it is testable ». 

His book, A New Science of Life, was published a week after the New Scientist article. In it, Sheldrake put forward the hypothesis of formative causation (the theory of morphic resonance)[4], which proposes that phenomena — particularly biological ones — become more probable the more often they occur, and therefore that biological growth and behaviour become guided into patterns laid down by previous similar events. He suggested that this underlies many aspects of science, from evolution to laws of nature. Indeed, he wrote that the laws of nature might be thought of as mutable habits that have evolved since the Big Bang

Later work 

In more recent work, Sheldrake has developed his ideas further and also conducted experiments (documented in subsequent books) on phenomena like telepathy which he believes could be explained by morphic fields, since he believes that thoughts as mental forms (and more complex mental forms as ideas, skills, languages etc. having thoughts as their subforms), similarly like organic forms also have their morphic field(s). For example, Sheldrake began working in the 1990s on experiments to see whether animals had telepathic powers. Sheldrake has argued that certain animals (particularly dogs) can sense when their owners are coming home unexpectedly – a phenomenon widely reported by pet owners. Sheldrake has also researched the homing ability of dogs and pigeons. 

In recent years he has also researched human telepathy; in these experiments, a subject must guess which of four people is about to telephone or send an email. According to the published results of these experiments, instead of being right 25% of the time (as expected by chance), the subject guesses the person correctly about 45% of the time.[3] 

Popularization 

Sheldrake’s Seven Experiments That Could Change the World, published in 1994, encourages lay people to contribute to scientific research, and argues that scientific experiments similar to his own can be conducted on a shoestring budget. 

Experiments designed by Sheldrake included some conducted by BBC TV’s popular science program Tomorrow’s World, plus investigations into the « sense of being stared at » involving thousands of schoolchildren in several countries.[citation needed] 

Criticism 

David Marks and John Colwell have criticized Sheldrake’s experimental procedures. They suggest that the sequences Sheldrake has used in his research follow the same patterning that people who guess and gamble like to follow. These guessing patterns have relatively few long runs and many alternations. The non-randomness of Sheldrake’s sequences leads to implicit or explicit pattern learning when feedback is provided. When the patterns being guessed mirror naturally occurring guessing patterns, the results could go above or below chance levels even without feedback. Thus significant results can occur purely from nonrandom guessing. Non-randomisation is one of seven flaws in parapsychological research identified in David Marks‘ book The Psychology of the Psychic (p. 305). 

Sheldrake’s ideas have been subjected to much discussion in journals and newspapers, and his book A New Science of Life was reviewed in a variety of scientific and religious publications. Attitudes of mainstream scientists were generally negative. In September 1981, the scientific journal Nature carried an editorial by the journal’s senior editor, John Maddox, entitled A book for burning?.[3] It was highly critical of his work, as were subsequent reviews of his books in the magazine. 

Bibliography 

With Ralph Abraham and Terence McKenna

  • Trialogues at the Edge of the West (1992) 

  • The Evolutionary Mind (1988) 

  • Chaos, Creativity and Cosmic Consciousness 

With Matthew Fox (priest)

  • Natural Grace (1996) 

  • The Physics of Angels (1996) 

References 

1.   ^ http://www.sheldrake.org/interviews/quest_interview.html 

2.   ^ L’Imposture Scientifique en Dix Lecons, « Pseudoscience in Ten Lessons. », By Michel de Pracontal. Editions La Decouverte, Paris, 2001. ISBN 2-7071-3293-4

3.   ^ a b (24 Sep 1981) « A book for burning? ». Nature 293 (5830): 245-246. DOI:10.1038/293245b0.  Attributed to Nature’s senior editor, John Maddox (commenting on Sheldrake’s book A New Science of Life (1981)), Maddox wrote: « Sheldrake’s argument is an exercise in pseudo-science. Many readers will be left with the impression that Sheldrake has succeeded in finding a place for magic within scientific discussion — and this, indeed, may have been a part of the objective of writing such a book. » 

4.   ^ http://www.sheldrake.org/papers/Morphic/morphic_intro.html 

External links 

Criticism 

 

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO