Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

2008 11 17

Il y a tant d’amour feu et d’oubli, d’habitude dans le toujours aimé des jours qui passent

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 21:29

amouretlumire.jpg

*

Il y a tant d’amour feu et d’oubli, d’habitude dans le toujours aimé des jours qui passent

Parceque tu peux comprendre je réponds à ton Être

Cette part de toi même qui demeure sans paraître.

Il n’y a pas de titre, juste une image absolue :

Coeur en filigrane sur les années mal vécues.

Toute graine d’espoir déposée en un coeur ouvert,

Toute douceur et puissance en regard nu entrouvert,

Intensifiant l’alors de l’émotion crue ce miroir

De la vie inversée pressentie mais non vouloir:

Juste reflet bleu de l’esprit en quête d’un non vu,

Peut, dans le construit de l’esprit qui se livre imprévu,

Fonder l’étai des présents à venir en nourrissant,

Infimes parcelles des temps antérieurs agissant,

Intime une création d’Amour indéfinissable,

Livrée pour faire en sorte que « l’inaccommodable »,

Tous les jours un peu plus, se rendent pour vaincre l’épreuve,

Pour tous les amours aimés et les amours vivre fleuve.

 ’

Lorsque l’on devient pour l’autre l’esprit, le sang, la foi,

La loi, l’endroit aussi bien que l’envers, l’oubli de soi

Vient créer l’entrevoir du lien destructeur, d’irraison,

Cette racine empoisonnée qui fait se désaimer l’Être à foison.

L’amour cru devient alors prison de vivre pour qui,

Ne sachant plus durer qu’en référence d’un acquis,

Imagine en souffle de vie qu’il ne faille qu’un être

Pour exister toujours au rythme du vécu en Hêtre,

Le dernier souffle te verra esclave d’ illusions ;

Puisque ta croyance aura survécu sans révisions,

Ce sont tes relatifs qui auront nourri tes voulus

Alors que 1a conscience vibrant le su absolu

Demandait à l’esprit de vaincre le mental racine

Juste pour exister un peu en « âme-médecine ».

Il suffirait de presque rien, juste un lâcher-prise blanc

Et le sel de terre, de mer panse le ciel en sang.

Il reste à adoucir l’instant en berçant les présents

D’autant de vibrations ailées que de pas en avant,

C’est la spirale qui s’ouvre, pas de retour arrière,

Il n’y a point de paix car il n’y a pas eu de guerre.

Pour adoucir l’instant lambda des réponses émises

Aux questions inconnues de l’indéfinissable crise

Du temps, et de l’espace, passe et ne traverse pas,

La croisée des chemins se fait en nos mea-culpa,

Ces quotidiens sommeils qui deviennent soleils brillants

Servant d’amer sûr et de phare aux hommes divaguant.

Quand on s’arrêtera à l’instant du regard pensé,

C’est dans les profondeurs oubliées du jamais sassé

Que l’on pourra puiser à l’ombre suie de nos mémoires,

L’instant créateur qui fera vivre un non-être espoir.

Nous voici au palier de l’agir, entre égo régnant,

Le Soi partageant sans compter de la vie le prégnant.

Il y a tant d’amour feu et d’oubli, d’habitude dans le toujours aimé des jours qui passent

Que les jours eux-mêmes initient en complétude leurs nuits propres à l’abri de quêtes lâsses.

Tu es la lettre majuscule qui enrichit l’écriture des corps chus et des bouts d’âmes

Et moi, je ne suis rien, que la ponctuation de toutes dimensions pour en chérir la flamme.

*

yannesoganesh

*

amourpartage.jpg

2008 11 9

Vous avez dit « Je t’aime » !

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 18:48

amouruniversel1.jpg

*

Vous avez dit « Je t’aime »!

Pourquoi habiller le « je t’aime »  ,

Alors qu’il est si bien tout nu

Dans sa simplicité pure et son âme enfantine,

Dans sa dimension d’être enfin don ?



Le « je t’aime » est soleil pour effacer les ombres,

Le « je t’aime » est eau de source, immortalisation de vie,

Il est encore lumière intérieure nourrissant l’extérieur,

Et le phare de révérence sur la mer de la vie.


coeurcosmique.jpg


Nous avons dit « je t’aime » !



« Je t’aime mon amour »! et tu n’es pas qu’amour

Vécu.

« Je t’aime mon ami »! et tu n’es pas qu’ami

Vivant.

« Je t’aime mon enfant »! et tu n’es pas qu’enfant.

Grandissant.

« Je t’aime mon frère, ma soeur »! et tu n’es pas que frère ou soeur

De sang, de coeur ou d’âme.

« Je t’aime mon père, ma mère »! et tu n’es pas que père ou mère

Géniteurs, éducateurs ou références.



Il n’y pas que les mots pour le dire

Mais le regard pour en attiser la braise.

S’aimer sans se le dire revient à respirer

L’amour dans les gestes et les sourires,

Les non-dits et les perçus pourtant.



Le « je t’aime »absolu est compassionnel et équanime,

Il a transcendé le sociétal plan commun

se nourrissant de ses relatifs archétypaux

Pour livrer le « je t’aime » à l’univers entier,

à tous les règnes du microcosme au macrocosme.



Il se lit dans l’écoute et la main qui se tend

Dans l’attention consciente de soulager la souffrance,

D’apaiser les désirs où elle trouve sa source,

Où qu’elle se niche et d’où qu’elle vienne,

Pour simplement initier l’éveil de l’être.



Le « je t’aime » est vibratoire, il résulte d’un partage

Où l’émotion imprimée au recto et au verso de l’entité humaine

Dépasse le simple plan terrestre

Et transcende l’Être enfin conscient

Fusionnant les égo au ça, au Soi.



Le « je t’aime » au creux du lit est semblable à la chaleur

Du « je t’aime » murmuré au saut du même lit

Encore tout empli de cette nuit rêveuse

Qui a livré l’amour à sa fonction primale,

Livrant pour un instant les êtres à la fusion.


yinyanglove.jpg

Il n’y a pas de « je t’aime » corporel

Car il n’est pas matière,

Ce ne sont que bouffées

De tendresse et d’esprit « masculin-féminin »,

Le « je t’aime », ainsi, devient union.



Il emplit le coeur et l’esprit de celui qui le dit

Par l’illumination du regard de celui qui le reçoit.



Le premier vrai « je t’aime » doit être celui

Que l’on dit à soi-même,

Peut-être les yeux fermés pour le mieux savourer

Ou les yeux grands ouverts et perlant quelque peu,

Brillant sûrement de confiance,

Après avoir compris

Que tant qu’il n’est pas dit ainsi,

En toute sincérité

Il ne peut être dit à autrui

Pour le vivre.



Et le temps est venu pour ce faire

Puisque c’est le passé des rencontres

Qui nous mène où nous sommes,

Nus enfin,

Vierges de tout jugement,

D’enfin nous dire « je t’aime »   juste à l’oreille

De la vie qui naît à ce moment,

De l’être intérieur, cet être et esprit

Qui sort alors l’humain de son tout mentalisme.



Voici ce «je t’aime » qui nous sort de l’illusion d’aimer

Et nous fait cheminer vers l’absolu universel.

A chaque battement de coeur, l’onde d’amour

Energise son ondulation en vague irrépressible qui nous submerge,

Nous immergeant dans l’apaisement du Tout.



Allons au devant de l’autre avant qu’il ne vienne à nous

Et si l’inverse se produit ouvrons-nous pour comprendre.

Ne plus reproduire à jamais les errances du passé de l’autre.

Vivre est conscience de créer.

Je t’aime, toi qui lis ces mots.



*

yannesoganesh

*

amouruniversel.jpg

amourtotal.gif

2008 03 18

Métissage universel [Poème lauréat du Printemps des Poètes 2008 de Nouvelle-Poésie – Créer en Duo avec Khadija (sur le site http://nouvelle-poésie.com)

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 2:01

universalityoftheworls.jpg

*

 

Métissage universel

*

 

jerry20uselmann2020ripple20in20hand.jpg

Se répandent cristallines

Les plaintes de ta guitare

Vibrato d’une âme câline

Rêvant la vie sans fard

Ton ramage me fascine

Messager du brouillard

Pour ta flamme si chagrine

Soudain mon luth s’égare

Chanson de la mutine

Défiant les remparts

A la nuit coralline

D’ocre et de nectar

Ton art je le dessine

 ’

Je savais que la paix était en toi

Il suffit de voir tes mains maghrébines

Pincer de leurs regards la vie d’effroi

Qui côtoie l’extrême d’un monde églantine.

Voilà que je saisi comme toi l’âme

De ma viole de gambe elle contrefait

Si bien la voix. Ton coeur est le sésame

Du partage oriental où la joie naît.

Je suis faible de toute certitude

L’occident m’a vu naître pour aimer,

Voit notre maîtrise à nous recomposer!

C’est aux notes du temps que la portée

Transcrit l’humeur abolie des faits nés…

 ’

Il y a bien longtemps d’esprits du passé.

 ’

Bienvenu sur terre de l’accueil et des contacts
Etranger, seul, tu l’étais ! Ici, tu es des nôtres,
Ensemble pour la concorde soyons « chantre-apôtre »,
Chantons la paix dans une fraternité intacte !

Hymne mélodieux, union de luth et de guitare,
Enfant d’Ihy et de Bragi, ce chant à deux
Dessine la rencontre bénie de deux impétueux
Adeptes de la tolérance, l’érigent en noble phare.

Tenons-nous la main, philanthropes du monde,
Forts de nos valeurs, brisons les chaînes de peur,
Redoutables frontières aux élans de nos cœurs.

Métissons rimes et vers en Poésie- Nouvelle
Eden de nos âmes au printemps éternel,
Buvons à l’amitié entre les peuples du monde.

 ’

Ainsi la rencontre initiée par les flammes du partage

Révèle aux esprits en éveil, aux cœurs chauds, à l’ouïe de l’âme,

Tableaux multiplex du Septentrion  et du « Méridionâme »,

Le scalde et son strophisme joints en l’œil d’Hathor : « Enfant-Joie-sage » ;

Et se fondent au feu de l’échange les portions du levant

Dans celles nées du couchant, du tropical à l’équinoxial.

Les pôles de cultures s’attirent en patchwork idéal

Fermentés de l’homme et de la femme, de l’adulte à l’enfant.

Au début de notre espace-temps naquit l’oralité pure

La voix mature de transmissions de toutes les traditions

Fruits des regards humains éclairés, ça et là, d’évolutions.

Ce fut par l’écriture que les humains croissant communiquèrent,

Hybridant leurs connaissances ; enfin, par amour fraternisèrent.

Les mots se transmirent, de révolte en révolte, aux jours qui parurent.

 ’

Il y a bien longtemps d’esprits du passé.

Khadija et ésotcelt

[Retrouvez-nous sur http://nouvelle-poesie.com]

 

*

La vie sans limite pour l'humanité impuissante

2007 02 14

Jean Jacques Goldman – Puisque tu pars (version live) – 8’15 »

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 18:30

http://www.dailymotion.com/video/x3dlji

*

Puisque l’ombre gagne
Puisqu’il n’est pas de montagne
Au-delà  des vents plus haute que les marches de l’oubli
Puisqu’il faut apprendre
A défaut de le comprendre
A rêver nos désirs et vivre des « Ainsi soit-il »

Et puisque tu penses
Comme une intime évidence
Que parfois même tout donner n’est pas forcément suffire
Puisque c’est ailleurs
Qu’ira mieux battre ton coeur
Et puisque nous t’aimons trop pour te retenir

Puisque tu pars…

Que les vents te mènent
Où d’autres âmes plus belles
Sauront t’aimer mieux que nous puisque l’on ne peut t’aimer plus
Que la vie t’apprenne
Mais que tu restes le même
Si tu te trahissais nous t’aurions tout à  fait perdu,

Garde cette chance
Que nous t’envions en silence
Cette force de penser que le plus beau reste à venir
Et loin de nos villes
Comme octobre l’est d’avril
Sache qu’ici reste de toi comme une empreinte indélébile…

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu’il est des douleurs qui ne pleurent qu’à  l’intérieur
Puisque ta maison
Aujourd’hui c’est l’horizon
Dans ton exil essaie d’apprendre à  revenir

Mais pas trop tard…

# Chorus :

Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars

Dans ton histoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Puisque tu pars

# Double Choeur :

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

(Dans ton histoire)
(Dans ton histoire)
J’aurai pu fermer
(Garde en mémoire)
(Garde en mémoire)
Oublier toutes ces portes
(Notre au revoir)
(Notre au revoir)
Tout quitter sur un simple geste
(Puisque tu pars)
(Puisque tu pars)
Mais tu ne l’as pas fait

(Dans ton histoire)
(Dans ton histoire)
J’aurai pu donner
(Garde en mémoire)
(Garde en mémoire)
Tant d’amour et tant de force
(Notre au revoir)
(Notre au revoir)
Mais tout ce que je pouvais
(Puisque tu pars)
(Puisque tu pars)
Ça n’était pas encore assez

(Dans ton histoire)
Pas assez
(Dans ton histoire)
(Garde en mémoire)
Pas assez
(Garde en mémoire)
Pas assez
(Notre au revoir)
(Notre au revoir)
eeeeeh !
(Puisque tu pars)
(Puisque tu pars)
Pas assez

# Double Choeur :

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mééire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

Dans ton histoire
Dans ton histoire
Garde en mémoire
Garde en mémoire
Notre au revoir
Notre au revoir
Puisque tu pars
Puisque tu pars

 

2007 02 1

Natasha Saint Pier – Tant que j’existerais – 3’07 et paroles

Classé sous A l'ecoute de ... — ganeshabreizh @ 19:00

 

 Image de prévisualisation YouTube 

*

Natasha St Pier    
Tant que j’existerai
   
Paroles: Frédéric Doll, Calogero. Musique: David Gategno   2006  « Longueur D’Ondes »

*

Il n’y a pas que les murs
Il y a aussi des regards
Qui nous rendent moins sûrs
Et qui nous mettent à part
Derrière tous ces barreaux
Il y a aussi des mots
Comme autant de blessures
De prisons, de ghettos

Jugé et condamné
A ne plus avoir le droit d’être
Ni d’aimer

Tant que j’existerai
Et quoi que le monde en pense
Je montrerai qui je suis
Je dirai mes différences

Tant que j’existerai
Tant qu’il y aura une chance
Je resterai qui je suis
Rien n’est jamais
Perdu d’avance

Il n’y a pas que les frontières
Qui isolent et séparent
Quand on veut nous faire taire
Nous jeter à l’écart

Au coeur du long silence
Il y a cette voix
Qui me dit sans violence
Continue le combat

Jugé et condamné
A ne plus avoir le droit d’être
Ni d’aimer

Tant que j’existerai
Et quoi que le monde en pense
Je montrerai qui je suis
Je dirai mes différences

Tant que j’existerai
Tant qu’il y aura une chance
Je resterai qui je suis
Rien n’est jamais
Perdu d’avance

Tant que j’existerai
Et quoi que le monde en pense
Je montrerai qui je suis
Je dirai mes différences

Rien n’est jamais
Perdu d’avance
Rien n’est jamais
Perdu d’avance

2006 11 18

Méditation I – Coeur…Amour… »Non-lien » et Chakra du Coeur

Classé sous Pensees - Meditations - Citations — ganeshabreizh @ 18:14

*Le chakra du coeur par Christophe Dacier  - www.visionsetaura.free.fr

L’image ci-dessus est un très beau chakra du cœur avec un mouvement spiralé 
et les couleurs pastel des sphères spirituelles (rose, bleu, indigo…).

Ce genre de chakra peut avoir dans ses couches les plus extérieures 
donc cosmiques des dimensions de plusieurs mètres.

Le mauve du centre indique la profondeur de l’amour, le bleu est le signe de la compassion, 
le rose pâle est le signe d’une dimension spirituelle d’harmonie 
(liée aux déesses Lakshmi ou Vénus). 
Une personne aura des couleurs différentes selon ses lignées spirituelles.

Christophe Dacier

*

*

Tendre espoir de la flamme

Ne cesse pas  d’aimer

Le coeur de son Amour

Puisqu’il ne peut lui appartenir

*

Ganeshabreizh

*

*

Chakra du coeur (vue de côté) par Christophe Dacier - www.visionset aura.free.fr

Voici une vue de coté en coupe du chakra du cœur, celui-ci fonctionne correctement, il est alimenté dans sa racine par l’énergie rouge des chakras inférieurs. Il est aussi alimenté par le jaune du mental et le bleu des méditations par les chakras qui sont au dessus. Sa racine est harmonieuse, elle est suffisamment rigide pour apporter une structure et assez souple pour s’adapter à de nouvelles situations.

Les différentes strates extérieures correspondent  à divers plans de conscience et de méditation, ces dernières sont régulières.

Christophe Dacier

*

Chakra du coeur en coupe (Dysfonctionnement)- par Christophe Dacier - www.visionsetaura.free.fr

Voici une vue de coté en coupe d’un chakra du cœur présentant de graves troubles.

L’alimentation en énergie est très fine (trait rouge venant des chakras inférieurs), mais très dense, ce qui peut donner une impulsivité dans les relations amoureuses. Le trait jaune descendant du mental est très large, ce qui donne aussi une prise de contrôle du mental sur un domaine où il n’a rien à faire : les amours. 

Dans le dos, sur la colonne vertébrale il existe un gros bouchon noir d’énergies qui ne circulent pas (et qui ne sont pas reconnues), d’où une impossibilité à reconnaître qui est bon à aimer, au moins dans les amours humaines, car dans les plans spirituels l’amour est lié à l’existence et se donne sans compter sans attendre et n’est pas atteignable par les manipulations diverses – ce n’est pas le même plan.

Nous voyons dans le cône qui est dans le corps physique des taches noires qui sont des émotions bloquées (elles n’ont pas obligatoirement pour origine le propriétaire du chakra mais il lui appartient de s’en débarrasser).

Les strates extérieures correspondent aux plans extérieures et aux relations. Nous observons des vides, qui sont des domaines de la  vie qui ne sont pas investis (par exemple une incapacité à ressentir de l’amour d’une autre personne ou d’un autre être vivant – enfant, arbre dans une certaine proximité). Je vois aussi une couche très dense qui indique un surinvestissement affectif, voire une avidité. Ce surinvestissement affectif est une compensation, ce qui peut donner un comportement amoureux apprécié mais non équilibré. Dans le quotidien, cette personne peut avoir un grand besoin – jamais satisfait – d’être aimé avec diverses stratégies de séduction au détriment d’elle même. Ce qui induit qu’il y aura un changement ou un retournement de situation dans la relation amoureuse, parfois des violences, des tromperies, des mensonges.

Christophe Dacier.

www.visionsetaura.free.fr

2006 11 6

Archétypal

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 3:14

Archetypal Conciousness par Krisztina Lazar - www.lila.info

Percevoir aujourd’hui sans fard et sans ennui

La détresse inuhmaine pourtant au jour pleine

De la nuit transmutée, de la nuit survécue.

Vivre en vague sociale un trauma d’exister,

Sans amour ancestral : la foi, âtre blessé;

Coups du sort initiés par l’amitié en transe,

Evolution d’été, saison créant l’enfance;

La musique de ton âme joue l’instrument,

Dieu, coeur où l’amalgame brûle l’adieu

Ta conscience élabore un chemin main tendue.

Comme tu vis la mort ton essence s’honore,

Dans les fils et les filles tu poses sans prix

Le devenir des trilles en passion inouie.

Vecteur porteur d’Eterna, en vue du temps soumis

Finalité d’Eon, démesure d’intellect,

Ils angélisent une croyance en demain,

Par prières déjà manifestent leur faim.

***         Archetyp ma n - www.rpgartist.comUniversal archetypal structure (www.edj.net)                                                                                                               

Connaissance et savoir, réflexions et pensées

S’engendrent en miroir…Reflets crient l’Ethéré!

Des dimensions foulées je retiens la famille

Où le bonheur blessé a l’inconscient en ramille,

Renaissance d’aimer, transmigration de l’âme,

Incarnation jurée, recherche de la flamme.

La vie se compare là à l’être évanoui

Au profit d’au delà : création, devenir.

La notion de l’astral a grandi face au Christ.

Un des conflits papals où la loi se rend triste.

Il reste à transcender son Moi profond et pur,

Suffit-il d’élever au rang d’essence sûre

La contribution, absolution, résolution?

Même si la consomption des espèces aboutit!

Ne peut-on prêter vie à « raison » d’exister »

Que si l’homme a agi et la femme prié?

Que si leurs enfants vivent en souvenirs secrets,

Lumières des eaux-vives, émanations, projets?

ganeshabreizh

*Archetypal dream healing symbol (NASAsm) www.jung-soul.com

2006 10 8

Arrachement aux soupirs

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 10:59

Solitude

Detresse -Solitude

*************************************************************************************

Dans la chaleur des nuits

J’ai rêvé d’une main

Qui entraînait mon coeur

Sans une ombre, sans fleur,

Et cette main pleurait

En chantant sa rengaine.

Puis j’ai du murmurer

Le nom d’un tendre oiseau.

Bleu de douceur en fusion

Il m’a pris cette griffe

Qui me tuait l’espace

D’aimer le jour sans cri.

Absent de tout amour

Je me suis réveillé

Personne à mes côtés.

Ma bouche déformait

Un reflux solitude

Au froid de l’absolu nu.

Amère pensée ma traîne

Puisse-tu ramener

La renégate sans feinte.

Après tant de promesses

Puisses-tu recoller

Mes morceaux de détresse.

*

Cherchant

ganeshabreizh

2006 10 7

Conscience

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 4:50

Conscience
Toute réponse est dans le miroir de l’âme

Soleil reflet créateur de lumière

Toute question contient sa réponse flamme

Source et générateur, le père et la mère

 

Être à l’ ombre chérie concevoir sans y penser

Que le temps est fruit d’ illusion

Coeur à l’ écoute et sans passion

Vivre est conscience d’aimer

 

Vivre est conscience de créer

 

ganeshabreizh

Amour

Classé sous Pensees - Meditations - Citations — ganeshabreizh @ 4:47

La flamme d'une chandelle

Tendre espoir de la flamme

Ne pas cesser d’ aimer

Le coeur de l’ Amour

Puisqu’ il ne peut lui appartenir

Ganeshabreizh

Flammes et braises

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO