Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Recherche : amour prisonnier

2008 08 19

C’est comme un renouveau !

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 13:18

Le nuage étincelle

*

C’est comme un renouveau !

 

*

Dans le lac, dans le ciel, le nuage étincelle.

Il transporte l’amour à tous les alentours,

Transformant tous les fiels qu’il change en ritournelle,

Pour qu’en tous les faubourgs retombent les vautours.

Dans la profondeur pure de son regard d’azur,

C’est un voile gris-perle qui croît, que je ferle

A casser les membrures de mon âme impure ;

Ses doigts posés en cercles sur mon cœur déferlent!

Le destin en sonnant dans sa trompe d’argent,

Libère ainsi mon chant qui livre à l’impatient

Toutes les clés des chaînes ceignant l’Africaine.

Sur l’autre continent est dit aux insolents,

Comme intérieurement, il est là je le sens,

L’amour cinquantaine qui pansera ma peine.

 

ganeshabreizh

*

Amour prisonnier

2008 06 4

Lorsque l’enfant disparaît (Poème) – Lea Castel featuring Soprano – Dernière chance (le clip et lyrics) – 5’46

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 20:54

 

Léa:
J’ai rêvé de tant de choses
Que demain soit meilleur qu’hier
Moins pire qu’aujourd’hui
A la hauteur de mes prières
J’étais pleine de rêves
Avec tant de doutes
Mais peu de haine
Mais tout a basculé
Quand j’ai su que j’étais condamnée
Je sui des rares personnes
Qui connaissent leur date de fin
Désormais je suis comme une prisonnière
Dans le couloir de la mort

Refrain:
Je veux avoir une dernière chance
Que Dieu révise son jugement
Mais je n’ai pas le choix
Obligée de vivre avec ça
Mais pourquoi
Je ne le mérite pas

Soprano:
Personne au monde ne choisit sa vie
J’avoue que la nuit les larmes noient mes joues
Quand je repense à ta maladie
Mais à travers cette alliance
Moi j’ai promis ma présence
Et, ça pour le meilleur et pour le pire
Mon bonheur est un empire dont tu es la reine
Où ton sourire a imposé son règne
Mais depuis, ma couronne en or vire au gris
Je perds mon trône quand tu me dis de refaire ma vie
Tu sais on dit toujours les meilleurs partent les premiers
Moi je déteste cette phrase
Quand je te regarde, je me dis qu’elle est trop vraie
Il y a tellement de choses qu’on a pas fait ensemble
A peine le temps de les crapoter que nos projets sont déjà en cendres
ces rêves de te voir enceinte sont morts nés

Je suis papa avec toi ou rien, tu me connais je suis borné
Alors cesse de me dire pardon
Tant qu’il nous reste des secondes à vivre on les vivra à fond

Léa:
Mais bébé, je ne veux pas te voir souffrir

Soprano:
Nan..Nan, ne t’inquiète pas pour moi
Je ne suis bien qu’avec toi
En tout cas, je m’occuperai de toi
Jusqu’au jour où Gabrielle
De ses ailes, viendra te recouvrir

Léa:
Mais j’ai peur de partir loin de toi

A deux:
Pourtant, un jour il faudra bien partir

Refrain

Mort de l'enfant  (Toile de Grey Cohoe)

Lorsque l’enfant disparaît 

 

« Dédié à la famille, aux amis et copains et soignants de Kenzo »

 

 Lorsque l’enfant disparaît de nos yeux de chair, le grillage d’acier de sa souffrance se transforme en lumière.

Le voile protecteur du cœur des familles, des amis, des copains, se déchire et laisse entrer l’enfer de l’incompréhension, du remord, des regrets, de certaines colères impuissantes.

La tempête de feu brûlante fait ses ravages intérieurs en même temps que commence à tomber, imperceptible, la pluie du soulagement pour les souffrances éteintes.

L’œil de la compassion, déjà entrouvert par les épreuves, épanouit totalement le solidaire de l’être humain pour ne plus se refermer.

L’enfant lutteur, l’enfant guerrier, l’enfant héros, l’enfant souffrant est parti vers la lumière, abandonnant la matière de son lit de douleur. Il reprend son souffle intérieur dynamisant son âme.

Il va planter son étoile dans l’infini de l’espace-temps, sous la voûte du ciel de chacun, pour protéger à son tour les êtres qui l’ont pansé, soigné, réconforté, veillé, soutenu et prié.

L’enfant existera dans toutes les flammes des bougies de veille ; sa chaleur apaisante  recouvre déjà nos esprits des souvenirs partagés dans le rire et les larmes mêlés.

Aussi épuisés soyons-nous, l’enfant transmet la force de son petit regard immense, continuant à nous montrer le chemin de l’étonnante solidarité fraternelle des agissant par amour.

Kenzostar - Nouvelle étoile scintillante au firmament de nos vies 

Lorsque l’enfant disparaît de nos yeux de chair, ce sont les yeux de notre cœur et de notre âme qui s’ouvrent pour bercer tendrement l’aliment nutritif de nos souvenirs.

Un éternel présent se crée alors fait de mains tendues, de sourires attentifs, de regards intérieurs qui nous transcendent vers l’Utile.

Lorsque l’enfant disparaît, son empreinte indélébile se forme. Un jour viendra l’apaisement et ce sera en son temps un renouvellement d’union.

La paix soit sur tous ceux qui restent sur le chemin de l’existence enfermés dans leur manteau de souffrances, jusqu’à l’inéluctable passage.

Le temps fût, est et sera toujours différents sous le regard des étoiles enfantines repiquées au firmament des vies.

 

Yannesoganesh

Alexp’titepomme

La flamme des jours de veille

Kenzo

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO