Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Recherche : reflets mots

2008 12 9

Je me « rose » de Toi

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 12:03

 

Rose Ciel 

*

Je me « rose » de toi.

 

 

 

*

Tu as lancé l’oiseau,
Ne le retiens pas
Entre tes deux mains blanches !
Respire juste pour
Ne pas l’aliéner
Alors qu’il te « respire »

*

Les petits mots lui manquent,
Il n’en a pas vécu.
Que l’envol de l’être
Soit le reflet intime
De ton coeur et ton âme.
Le mental et l’esprit ?

*

Laisse-les se battre !
Les vouloirs et désirs ?
Abandonne-les, là,
Aux reflets du miroir !

*

Il n’y a que toi femme
Pour prendre ton envol,
Bien au-delà du feu
Que brûle le désir.

*

Il n’y a que toi fleur.
Et je me « Rose » de toi
Pour te chérir plus encore
Tous les jours de la vie.

*

eso

 

 

Petite réponse à http://www.nouvelle-poesie.com/texte-7823-Poemes-Libres-L-envol-la-chanson-de-l-oiseau—ii.php

2008 06 23

A force de ne vivre que l’ « errare humanum est »…

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 19:47

A force de ne vivre que l’ « errare humanum est »…

L’océan, je le place dans l’homme, cette mouvance vague.

La mer, je la retrace dans sa dimension nourricière, œuvre apaisante ;

La terre, comme interface entre la femme tectonique et l’Etre qui s’élague ;

Avec mon air, moi je me love en toi la vie, androgyne entité enivrante.

Aux sociétés en rut, abruptes, mises au pied du mur des temps passés,

Nées d’autant de matérialités addictives, esclavagistes et sournoises ;

Aux ethnies en percevoir des subis, en décalage des traditions usées,

Transpirantes à l’angoisse de l’écrasement, j’écris ces mots qui apprivoisent …

Il y a tellement de copies conformes « héréditées » aux reflets des vécus que

Les ancres devenues liens se scellent au fond humain, folie de bateaux ivres.

Les pouvoirs se voulant réformant pour demain oublient dans le présent nu que

Se profilent amères les œillères d’écailles en pansement d’égo à poursuivre.

L’autorité, larvée sous langue de bois, équivaut au bandage lâche, et protecteur,

Comme cautère sur jambe de bois, redessinant l’artificielle pensée des promesses.

Les discours se perdent en lambeaux d’existence dans les méandres des cœurs,

Des peuples, où pleuvent bons vouloirs et angélismes, comme pour une kermesse !

Sans rien résoudre, les hommes passent, le mal se tord de douleur

Sous les coups de l’humain qui se dit prêt à régenter le tout ;

Prenant le temps d’observer, il dit déjà : « pas le temps ! », et contempteur

S’exclame ; « comment fait la nature qui prend espace et temps partout ? »

Dame Nature se nourrit d’absolu, aux humains elle cède tous les relatifs,

Apparence seulement qui ne heurte plus la conscience d’aucun.

Même avec intuition d’absolu, l’homme veut bien trop vivre en abusif,

Cumuler les « richesses » qu’il désire… pour l’Esprit c’est petit, c’est commun.

L’erreur serait-elle ici ? privilégier la matière à l’esprit ? inversement ?

Dans la fuite en avant d’un toujours plus incontrôlé ? à dominer l’Environ ?

Nous ne sommes que passagers terrestres, passager des vies en dimensionnement.

Au nom du progrès tout n’est pas permis, regardons le paysage de notre Achéron.

 

 

…perseverare diabolicum.

ganeshabreizh

2008 05 1

Né ici quelque part ou ailleurs !

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 2:58

Né ici quelque part ou ailleurs ! 

Quelque part, le poète est…

Aussi un lecteur de…

Mots, un dégustateur souffrant et s’apaisant du …

Verbe, hédoniste particulier de sa muse en…

Bride abattue chevauchant la caractéristique ému en …

Croupe nue de la page blanche qui caracole en abstruses

Connotations absconses, échange de poils qu’il voudrait brosser

Alors que le vent, des consciences interrogées,

Où intelligemment mises à nue sous le boisseau

S’étreignent dans le rire des rimes et des vers qui les chatouillent.

 

 

 

 

Quelque part, disais-je, le poète…

Se révèle mutin, enjôleur de brouillon.

Il se répand un peu, ce tantinet soumis à la seconde mouche

Qui vole au secours de l’abeille qui passe alors que le bourdon

Picore le miel des oiseaux  fous d’amour qui butinent la terre.

Il rencontre le vers de terre qui s’ « alombrique » de mottes d’herbes en mottes d’ailes.

Naît  la libre folie qui traduit tous les rêves nourris de graines d’enfance et de labours, de connaissances.

Il fait jour et nuit pour ce poète ému, cet humain cultivateur avant tout tant

Il fait gerber de sons pour le blé qu’il sème en son aube vierge;

Son nocturne naissant, les âges de sa vie viennent y réfléchir leurs brides et leur libres sueurs froides.

 

 

La poétesse en homonyme masculine de sa féminité innée

Porte le regard de plume nourrie de ce compréhensif

Qui s’est alimenté des « interpellatifs » cheveux balayant  les …

Doutes issus des luttes ancrées des non sus et des oblitérés reflets

De tous ses interrogatifs culturels assénés  aux noms des préjugés ancrés.

Ainsi naît son pouvoir de dépasser tous les discriminés, les rassembler;

De les  entourer; de leur révéler tous les pouvoirs de l’être

Pour exister, et transmettre les valeurs acquises au nom de la souffrance.

Sa lecture naît de ses degrés d’apprendre ; elle conçoit le dire et le taire.

Le dire encore et le taire un peu plus créent les degrés du savoir respecter.

 

 

 

 

Pour le passager du verbe, le quêteur du simple vers et du complexe nu,

Le transcrit révélant est reflet inné du vibré délivré par l’enfant lorsqu’il s’ouvre.

Les yeux, les oreilles, les sens donnent au regard qu’ils  croisent

Comme au magnétisme animal et humain, ce chant de la nature est pur, et si pur.

L’art du transcrire est de livrer le brut en fi des fioritures,

Décoffrage de tous ces vagues à l’âme, complétude des silences,

Ni conçus, ni préconçus, juste sage phagocytant le nécrophage individu de vie.

Il se nourrit des paupières engoncées d’encre au goût d’algues,

Leurs suints de rencontres s’écoulent en matricielles cultures ou religions ;

Il reste au passager à vivre l’écoute, le respect, le partage de tout ce qui commence par des phéromones, au nom de tous lss non, au non de tous les oui : ces pourquoi ne serait-ce pas !

 

 

 

 

Les sucs du passé des corps et des esprits, des cœurs et des âmes

Sont inscrits dans tous les sens du poète lecteur et du lecteur poète

Du poète aussi bien poétesse que cette poétesse est poète.

Inscrit dans la moelle de tout ce qui vit et se nourrit de mort,

Dans tout ce qui meurt et se nourrit de vie demeure cet « A » de haine

Et qui veut dire Amour et ce « H » aspiré qui un peu inspiré

Habille la Nature de  » l’Hêtre », cet Arbre se nourrissant

D’un cosmos vivant, régénérescence et perpétuelle évolution.

Le poète est l’écrivain juxtaposé à l’Âme du Monde,

C’est par  son branchement vital de vivre et de mourir qu’il s’exprime, continue de mourir et de vivre les toujours fantasmés!

 

 

 

 

 

 

Il met les doigts « tentaculés » de lettres et d’empreintes « poétales »

Dans la prise de l’instant où s’exprime ce courant germé

De tous les continus et les alternatives attitudes bercées de tous les riens et les néants.

Il aime ce papier carbone qui réfléchit son monde.

Poète où poétesse, les deux, les trois ou les quatre à la fois,

Androgyne de la création pure générant cette émotion ultime, qui se cache et s’exprime…

Poésie d’équilibre en instance d’éternel don, et d’entière recherche,

Je te dis aujourd’hui tes quatre vérités alors que la nuit fuit.

 

 

 

 

 

De l’émettre et du lire, du certain au sourire maquillé de grammaire et du mot liberté, 

Le balancier fluctue,  notions d’exacerber, et se berce ingénu de ce qu’il lâche aux lions,
 De l’observé au  percevoir jusque dans son inverse animal et humain !

Ne serait-ce que la goutte immatérielle glu de l’espace d’un temps

Nourrissant, biens qu’illusoire et transfert de pouvoir

Le partage d’un homme ou celui d’une femme, c’est l’enfant qui respire.

La communion nourrit la source de l’un la fuite de l’autre, ou tend son équilibre,

Issu d’un cru, d’un entendu, d’un attendu, d’un nu, de tous ses « in situ » qui ne situe personne.

 

 

yannesoganesh

[Ce poème est dédié à tous les auteurs qui figurent aujourd'hui sur ma liste d' Auteurs préférés du Site Nouvelle-Poésie et que vous pouvez consulter sur mon profil, et plus particulièrement à Ice-Raphaël - Sahel - Joséphine, sans qui je ne serais pas ce que je suis aujourd'hui.] – [Mention spéciale à tous les auteurs des poèmes "coupsdecoeur" que j'ai répertoriés au fur et à mesure de mes lectures _Mais j'ai en ai encore tant à faire, lire et dire pour tous vous connaître_ Mentions plus que spéciales à Khadija, Runiques et AlteregO  et Legrand pour leurs dimensions respectives.] y a trop d’absent qui brillent par la rareté de leur apparition et de leur expression, il tiennent néanmoins une place à part entière dans mon coeur)

2008 04 5

Octave de vie ou tentative d’anaphore sonore

Classé sous POESIE — ganeshabreizh @ 18:55

Etats de vie en musicalité

 

 

*

Octave de vie

ou tentative d’anaphore sonore 

Do

Dors l’enfant ! Vie est accueil des mues de tes rêves,

Dodelinent les mots qui naissent et qui t’élèvent,

Dose, dose, dose encore.

Réveilles-toi adolescent ! Quitte les Trolls,

Ressuscite l’oubli des avants qui rend fol,

Réfléchis en métaphore.

Mi

Minimise jamais les regards des étoiles et dame nature.

Milite en l’idée perdue nourrie de ses brûlures,

Mine de rien, l’air de tout !

Fa

Façonne corps, esprit, au crible du présent

Façonne leurs facettes en reflets d’existant,

Face à toi, face à son tout !

Sol

Sollicite l’écoute : « couleurs-énergies »,

Soliloque. Reflue Soleil de tes orgies !

Sol psychique androgynique.

La

Laboure ta parcelle, assole bien le temps.

Labeurs des uns créant un travail pour les gens,

La vie de tous les jours pique.

Si

Signe les blessures, les amours en partages.

Signifie aux rencontres les vertus de l’âge

Si seul ! Tu l’annihiles.

Do

Dors du sommeil du juste sens du non revenir,

Dompteur du destin bu tu restes en souvenir

D’homme lu, indélébile.

*

ganeshabreizh

 

2007 08 7

A propos de ce Blog -Cancer (entre autres) « La maladie est l’effort que fait la nature pour guérir l’homme. Elle renferme l’or véritable qu’il n’a trouvé ailleurs. Tout ce qui n’arrive pas à la conscience revient sous forme de destinée (C.G.JUNG)

Classé sous A la découverte de ... — ganeshabreizh @ 13:31

Bienvenue, Bonjour  (en breton)

*  *

 

 

Depuis  que le Volume II du GRENIER des MOTS -REFLETS a été créé, les deux greniers sont alimentés régulièrement.

Ils évoluent de concert

Toutes les photos qui ornent les GRENIERs, afin de souligner le symbolisme latent dans les textes qui vous sont proposés, sont le résultat de mon furetage sur Internet. Il se peut qu’un copyright existe pour certaines d’entre elles, dans ce cas , si leur propriétaire considère qu’elles ne doivent pas être ainsi utilisées, ou pour toute autre raison, un simple mot de leur part et je les retirerais immédiatement.

Avec ou sans commentaires ses blogs vivront et, qui sait, se verront les premiers maillons d’une chaîne de Volume des MOTS-REFLETS.

Néanmoins, chères visiteuses, chers visiteurs, tout mots d’encouragement de votre part sera le bienvenu et me donnera encore plus de coeur à l’ouvrage.

Vous pouvez apporter toutes les contradictions que vous voulez, même me faire des suggestions, tout commentaire recevra une réponse dans la mesure où il en demande un. Ici aucune censure n’est exercée si ce n’est à l’encontre de  propos délibérément immoraux, indécents, racistes, ou venant à l’encontre des Droits de l’homme.

Si vous ne voulez pas laisser de commentaire qui serait donc susceptible d’être lu par tous, vous pouvez prendre contact avec moi à l’adresse suivante : ganeshabreizh@yahoo.fr

Il me reste à vous souhaiter un bon voyage dans mes pages en espérant que les MOTS-REFLETS qui les animent réveillent en chacun le goût de la découverte au gré des émotions ressenties.

Que les bonnes vibrations vous accompagnent et vous libèrent de vos liens.

*

ganeshabreizh

* *          *          *

*

*             *
[Vivre est conscience de créer]

*

Une chandelle de lumière pour aider dans la lutte avec le Cancer

*

« La maladie est l’effort que fait la nature pour guérir l’homme. Elle renferme l’or véritable qu’il n’a trouvé ailleurs. Tout ce qui n’arrive pas à la conscience revient sous forme de destinée (.C.G.JUNG)

CHANDELLE POUR LE CANCER
> > Tout ce qui est demandé c’est de garder cette flamme en circulation.
> > Même si ce n’est qu’une une seule personne de plus.
> > Faites-le au nom d’un être cher qui a succombé au cancer> >
> >
> > Une chandelle ne perd rien lorsqu’elle sert à en allumer une autre.
> > S’il vous plait, garder la flamme vivante!> >

Guérison

*

Blog AlexPtitePomme
Elle est l’ange de soutien de ces anges souffrants…C’est un blog de soutien,pour les familles d’enfants malades.Ici se trouve la photo, les liens vers les blogs de ces anges,allez leur faire un gros bisoux,laissez leur votre soutien,quelques mots simple 

http://ptitepomme668.skyrock.com/ 

*

http://www.dailymotion.com/video/x3acpf

 

Court métrage de Xavier Giannoli, sur un scénario des collégiens de l’ESTIC de Saint Dizier pour le concours Regards d’Espoir sur le Cancer.Une histoire vraisemblable, porteuse d’espoir et sans misérabilisme, capable de faire évoluer le regard que nous portons sur les personnes atteintes du cancer.http://www.regards-espoir.com/ 

 

 

*

libstat : mesure audience pour site web
Annuaire, litterature, sites classés

*

Image de prévisualisation YouTube

Within Temptation – In perfect harmony – 7 ’01

Lyrics (paroles)

*

In a world so far away
At the end of a closing day
A little child was born and raised
Deep in the forest on a hidden place
Mother never saw his face

Ancient spirits of the forest
Made him king of elves and trees
He was the only human being
Who lived in harmony
In perfect harmony

The woods protected, fulfillled his needs
Fruit by birds, honey by bees
He found shelter under trees
He grew up in their company
They became his family

A thousand seasons
They passed him by
So many times, have said goodbye
And when the spirits called out his name
To join forever, forever to stay
A forest spirit he became

 

*La pensée est la porte vers l'espace, l'imagination est la porte vers l'infini

2006 11 18

A PROPOS DE CE BLOG

Classé sous — ganeshabreizh @ 19:50

Bonjour ou bienvenue en breton 

*

Maintenant que le Volume II du GRENIER des MOTS -REFLETS est créer, il sera désormais alimenté régulièrement.

Il évoluera de concert avec le présent Volume I .

Ainsi, à partir du moment où l’hébergeur de ce blog : unblog.fr pourra mettre en proposition la possibilité d’éditer une « newsletter » vous aurez la faculté de vous y inscrire pour être tenu informé de leur évolution dans le cas où vous seriez interressés, malheureusement, en attendant, je n’ai pas d’autre choix que celui de vous engager à mettre un commentaire sous le texte qu’il vous intéresse de suivre, avec votre adresse de courriel en précisant votre intérêt  pour son évolution et je vous adreserais personnellement une note d’information, sinon ne manquez pas de repasser de temps en temps pour vérifier.

Toutes les photos qui ornent le GRENIER, afin de souligner le symbolisme latent dans les textes qui vous sont proposés, sont le résultat de mon furetage sur Internet. Il se peut qu’un copyright existe pour certaines d’entre elles, dans ce cas , si leur propriétaire considère qu’elles ne doivent pas être ainsi utilisées, ou pour toute autre raison, un simple mot de leur part et je les retirerais immédiatement.

Avec ou sans commentaires ses blogs vivront et, qui sait, se verront les premiers maillons d’une chaîne de Volume des MOTS-REFLETS.

Néanmoins, chères visiteuses, chers visiteurs, tout mots d’encouragement de votre part sera le bienvenu et me donnera encore plus de coeur à l’ouvrage.

Vous pouvez apporter toutes les contradictions que vous voulez, même me faire des suggestions, tout commentaire recevra une réponse, ici aucune censure n’est exercée si ce n’est à l’encontre de  propos délibérément immoraux, indécents, racistes, ou venant à l’encontre des Droits de l’homme.

Si vous ne voulez pas laisser de commentaire qui serait donc susceptible d’être lu par tous, vous pouvez prendre contact avec moi à l’adresse suivante : ganeshabreizh@yahoo.fr

Il me reste à vous souhaiter un bon voyage dans mes pages en espérant que les MOTS-REFLETS qui les animent réveillent en chacun le goût de la découverte au gré des émotions ressenties.

*

ganeshabreizh

*

La pensée ouvre  vers l'espace, l'imagination débouche  vers l'infini

[Vivre est conscience de créer]

*

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO