Le GRENIER des MOTS-REFLETS – Vol.I

  • Accueil
  • > Recherche : roerich ses tableaux

2007 03 7

Nicolas Roerich (1874-1947)-Artiste peintre

Classé sous Decouverte de Jourdan-Migonney-Cocteau-Roerich — ganeshabreizh @ 18:33

A la découverte de Nicolas Roerich

(Peintre, poète, écrivain russe)

*

Portrait de Nicolas Roerich - par Svetoslav Roerich-1937 (Huile sur toile-137x150cm-Musée Nicolas Roerich-New York

*

 

Nicolas Roerich est né la 9 octobre 1874 à Saint-Pétersbourg, il décéda le 13 décembre 1947. Il est aussi connu sous le nom de Nicolaï Konstatinovich Rerikh.

Nicolas Roerich et sa femme Héléna Helena Roerich par Svetoslav Roerich

furent les cofondateurs de L’Agny Yoga Society, d’inspiration théosophique, et également membres de l’Ordre des Roses Croix (Amorc).

 

*

Son œuvre est marqué par de nombreux voyages à travers l’Europe, l’Amérique et l’Asie, notamment l’Inde.

Ila puisé dans ses pérégrinations une inspiration empreinte d’un certain mysticisme. Ainsi ce passionné d’archéologie s’est plus à représenter l’origine du monde telle que la voient les grands mythes sacrés et profanes empreints d’archétypes.

Il a peint, dessiné et sculpté.

Jeune artiste et universitaire, il se forma au contact de l’intelligentsia de Saint-Pétersbourg, ville décrite dès sa fondation comme « la fenêtre de l’occident » de la Russie.

A l’instar de plusieurs générations de peintres européens, il poursuivit sa formation artistique en France et en Italie, mails il demeura fasciné par l’orientalisme de la Russie. Au début de sa vie professionnelle, en tant que collaborateur à la revue « Le Monde de l’Art » de Serguei Diaghilev, il était plus proche de la tendance slavophile que de la tendance francophile.

 

*

On trouvera des informations de fond sur les tendances idéologiques au sein du Monde de l’art dans Beverley Whitney Kean, « All thé Empty Palaces : The Merchant Patrons of Modern Art in Pre-revolutionnary Russia » (Londres : Barrie and Jenkins, 1983), pp.44-55, et des informations générales dans « The World of Art Mouvement in Early Twentieth Century Russia », «édition d’Alexandre Kamenski, traduit du russe par Arthur Shkarosky-Raffe (Léningrad : Aurora Art Publisher,1991).] *

Son travail de décorateur pour les ballets russes de Diaghilev lui fit découvrir l’Europe de al fin de la Belle Epoque, marquée par une explosion créatrice dont témoigne par exemple l’exposition internationale où il montra ses tableaux, élan brutalement interrompu par la Première Guerre mondiale.

 

*

 

Roerich quitta son pays natal à l’époque de la Révolution russe, et en devait pratiquement plus jamais y retourner. De 1917 à 1919, il vécu en Finlande et exposa ses tableaux dans plusieurs pays scandinaves. Il partit ensuite pour Londres, où il fut décorateur à l’Opéra de Covent Garden ; il exposa, tant à Londres que dans d’autres villes d’Angleterre sous le titre de Spells of Russia (Sortilèges russes).

 

*

[« Spells of Russia », catalogue de l’exposition Nicolas Roerich, Goupil Gallery (Londres : Wiliam Marchant, 1920.]

*

En 12920, il emmena sa femme et ses deux fils aux Etats-Unis, venant ainsi s’ajouter au nombre déjà important d’artistes européens forcés à l’exil par les guerres et les révolutions du XX° siècle. Roerich arrivait toutefois aux Etats-Unis avec un avantage considérable : il y avait été invité par le prestigieux Chicago Art Institute et l’ Opéra de Chicago. Il se fixa néanmoins à New-York, où il rencontra le succès, en tant que peintre mais également comme fondateur de divers organismes culturels.

*

[Sina Fosdick, “ Nicolas Roerich : A Brief Biography”, New York : Nicolas Roerich Museum]

*

De Nicolas Roerich à l’âge de quarante neuf ans, on peut dire qu’il avait réussi, et qu’il incarnait parfaitement l’artiste occidental au sens que ce terme avait progressivement acquis depuis la Renaissance. Et pourtant, l’année de ses cinquante ans, sa vie connut un bouleversement total : en 1923, il s’embarqua pour l’Inde avec sa famille, et parcourut toute la région avant d’entreprendre une expédition de cinq années à travers l’Asie centrale.

 

Plan de l'expédition Roerich en Asie centrale - 1925-1928

 

*

On retrouve dans l’œuvre de Roerich les lignes directrices qui sous-tendent sa vie. Sa peinture s’inspira tout d’abord de l’histoire enfouie de la Russie, d’objets trouvés lors de ses fouilles archéologiques.

 

Ces ossements, urnes, couteaux et autres objets rituels retrouvés dans des tombeaux conduisirent l’artiste à étudier, dès l’adolescence les coutumes des anciens Slaves. C’est de là que naquirent les chefs d’œuvre de jeunesse, scènes de la vie primitive revisitées à travers le mythe. La fascination de Roerich pour ces traces souterraines de l’évolution humaine se transforma peu à peu, jusqu’à atteindre, sur les sommets himalayens, la pure contemplation. C’est là, dans ces splendides panoramas du toit du monde, que s’acheva sa quête et qu’il parvint à exprimer par la peinture le lien entre la réalité et la spiritualité intérieure. Les montagnes devinrent pour lui le moyen d’explorer la couleur pure, la synthèse de la perception visuelle et de la spiritualité. Ayant débuté sa carrière artistique avec un symbolisme où abondaient les visions typiques de la Russie, il finit par trouver sa propre méthode d’abstraction en débarrassant ses paysages montagneux des détails pour en faire des instruments de méditation.

 

*

 

Entre ces débuts et cet aboutissement, Roerich ne cessa jamais d’être un paysagiste pour qui les hommes étaient indissociables de al culture qu’ils contribuaient à édifier, que ce fût par des rituels ou des structures architecturales. Il expérimenta toutes les étapes de la figuration, passant du groupe à la silhouette solitaire, elle-même de plus en plus petite au sein d’un paysage de plus en plus vaste, avant de disparaître totalement. Selon France Grant, journaliste dans le New York des années 1920 et membre de la direction des organismes fondés par Roerich, celui-ci était tout à fait conscient de cette évolution. D’ailleurs, le changement ne concernait « pas tant le sujet » car :

« Ce qui l’intéressait, c’était l’homme en tant que partie du cosmos tout entier. Le point de départ c’est l’homme. Pour ce qui est de la Russie, ça a commencé [pour lui] par l’âge de pierre ; il envisage la grande aventure dans son ensemble. Un jour, il dit qu’il était formidable de tenir dans ses doigts, en Russie, le bout d’un fil, et de retracer le parcours jusqu ‘au début, en Asie centrale… Il avait la vision de ce fil de l’humanité, toujours le fil, jamais brisé. » [Frances Grant, entretiens avec l’auteur (New York, novembre - décembre 1982).]

*

 

En raison des très nombreux voyages que Roerich effectua au cours de sa vie, il était presque inévitable que ses toiles fussent éparpillées aux quatre coins du monde. Mais la majorité se trouve en Russie, en Inde et aux Etats-Unis. Jusqu’à dix ans environ après la mort de Roerich, les œuvres en Russie dataient presque exclusivement des années qu’il avait passées dans ce pays. De même les toiles d’Inde datent de al période pendant laquelle Roerich a vécu en Asie. Celles des Etat-Unis, en revanche, couvrent toutes les époques, à la fois orientales et occidentales. A la mort de Roerich, ses fils, Georges et Svetoslav, firent dons d’un nombre considérable de toiles, anciennes ou plus récentes, à des musées soviétiques.

 

La collection du Musée Nicolas Roerich de New York est la seule collection Roerich permanente des Etats-Unis. S’y trouvent environ deux cents toiles correspondant à quarante années de création. Les œuvres de la périodes asiatique, à partir des années trente, sont le mieux représentées.

 

*

[Source : Monographie de Kenneth Archer : Nicola Roerich – Parkstone Press, Bournemouth, Angleterre, 1999 –

ISBN : 1.85995.478.2]

A propos de la toile « Le Messager de l’aigle » (Nicolas Roerich)

Classé sous Decouverte de Jourdan-Migonney-Cocteau-Roerich — ganeshabreizh @ 18:24

*

Au début de l’expédition des Roerich en Asie centrale, l’aîné des fils Georges, était âgé de 22 ans mais avait déjà achevé ses études, qu’il avait suivies à Londres, Columbia, Harvard et la Sorbonne ; cette formation allait être le point de départ d’une brillante carrière d’orientaliste. Dès 1924 il avait écrit un ouvrage sur la peinture tibétaine, puis il prépara ‘Trails to Inmost Asia’, récit d’expédition publié par Yale University Press en 1931. [Georges N. Roerich, ‘Tableaux tibétains’ (Paris : Librairie Orientaliste, Paul Geuthner, 1925)]. Il précise dans sa préface quels étaient les objectifs de ce projet :

« Nous eûmes l’occasion, en Asie centrale, d’observer l’une des plus immense chaîne de montagnes du haut monde, de voyager des mois durant à travers des hauts plateaux et des déserts arides de sables et de cailloux, et d’étudier les vestiges d’une culture disparue qui, en d’autres temps, liaient la Chine aux pays du bassin méditerrannéen. » [Georges N. Roerich, note de l'auteur, 'Trail to Inmost Asia', p.xi]

Georges Roerich définit en outre l’idée que se faisait son père de ce voyage, qui devait lui permettre « de rendre compte par la peinture des paysages et des peuples de l’Asie centrale » (ce qu’il fit en cinq cents tableaux), « d’estimer l’éventualité de nouvelles explorations archéologiques », et « de rassembler une large collection de matériel ethnographique et linguistique. »[ibid.) 

Le Message de l’aigle représente un lama méditant près d’une grotte, dans la montagne. La présence de l’aigle suggère que nous nous trouvons à une altitude vertigineuse et que le lama, qui reçoit le message de l’aigle, se trouve dans un état d’exaltation consciente. Au cour de son expédition, Roerich peignit des lamas, des moines, des yogis et des ermites dans leur retraite austère. C’était la première fois qu’un artiste occidental entretenait une telle tâche. Alexandra David-Neel, écrivain français du dix-neuvième siècle initiée à la vie monastique des bouddhistes tibétains fut l’une des rares personnes étrangères à témoigner de tels phénomène. Elle exprima par des mots ce que Roerich décrivait par la peinture : « des anachorètes vivant dans des grottes ou des huttes, situées en général à très haute altitude, parfois presque aussi haut que…les neiges éternelles…bien au-dessus de trois mille mètres, dans l’Himalaya et au Tibet. » [Alexandra David-Neel ‘Initiations and Initiates in Tibet’, traduction de Fred Rothwell (Londres : Rider, 1931), p. 211 & note 2].

Quand aux écrits d’Elena Roerich, ils soulignent les défis posés par le choix d’une vie spirituelle :

« La taupe est au chaud dans son trou.

L’aigle est transi dès avant le lever du jour ».

[‘Leaves and Morya’s Garden’ (Vol. 1, The call) p. 23]

La famille Roerich avait en effet quitté le confort de la vie new-yorkaise, pour se lancer dans une aventure dangereuse, durant laquelle ses membres durent affronter privations et manque de réserves. Sina Fosdick raconte que Roerich peignait parfois sur des caisses, comme c’est le cas ici, sur « de la toile de tente et même, sur les instances de Madame Roerich, sur du tissus découpé dans ses robes. » [Sina Fosdick entretien avec Kenneth Archer].

*

[Source : Nicolas Roerich "Roerich Est & Ouest" par Kenneth Archer - Edition Parkstone - Parkstone Presse - Bournemouth-Angleterre-1999.ISBN / 1-85995-4 78-2]

 

Fée |
Rikach-inspiration |
yvanlepape |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Rêve Errant
| Jean-michel BARRAT Artiste ...
| MIDO